Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Genève reporte à plus tard ses expositions sur Dubuffet et Boissonnas

Elles étaient prévues pour fin avril et début mai. Mais tout est devenu très incertain. La rétrospective Boissonnas se trouvait en plein montage. On ne va pas vite à Genève.

"Le lion dans la jungle" de Jean Dubuffet, 20 mai 1944.

Crédits: Succession Jean Dubuffet, photo Vincent Everarts, ADAGP 2020

Il fallait s’y attendre. Après les fermetures d’expositions et les reports de manifestations proches, les ajournements d’événements plus lointains se profilent. D’aucuns s’attendent ainsi à voir disparaître du calendrier Art/Basel. La foire est prévue du 18 au 21 juin, avec deux jours de vernissages préalables destinés aux VIP et aux invités qui voudraient bien en faire partie. Mais pour le moment, et sans doute histoire de ne démoraliser personne, seul Art/Basel Hongkong a été supprimé. Avec diverses possibilités de découvrir les galeries et les œuvres en ligne.

Mais restons modestes et revenons à Genève. Ce jeudi matin est tombé le renvoi à des temps meilleurs (non précisés) l’exposition annuelle du MEG, ou musée d’ethnographie. L'inauguration était prévue pour le 8 mai. Je vous rappelle qu’il s’agit de «Jean Dubuffet, Un barbare en Europe», que l’on aurait plus facilement imaginé dans une autre institution. La Collection de l’art brut à Lausanne, par exemple. Mais, après tout, le «Dubuffet, L’outil photographique» des Rencontres d’Arles a bien fini contre toute attente, pour ne pas dire contre toute logique, à l’Elysée vaudois en 2018. Il ne semble rien y avoir ici d’urgent. L’exposition devait arriver sur un plateau du MUCEM marseillais, où elle a pris fin le 2 septembre dernier. Il s’agit donc d’un accueil, le MEG étant comme chacun sait en pleine prise de tête pour ses futures expositions décolonisées et «indigénisées».

Report ou suppression?

Aucun communiqué en revanche (mais il est vrai de je suis en tant que «méchant officiel» interdit de communication par les Musées d’art et d’histoire) pour dire la suppression de la rétrospective du Musée Rath sur «Fred Boissonnas et la Méditerranée». Elle n’en tombe pas moins à l’eau. Je le sais pour avoir rencontré hier (à un mètre de distance, bien sûr!) l’un des quatre commissaires dans une file d’attente. Il m’a confirmé ma supputation. Là aussi, aucune date se ne se voit lancée à tout hasard. J’espère juste que cette exposition attendue depuis des années (en fait depuis que la Ville a racheté le fonds familial aux héritiers) ait tout de même lieu. Il m’est revenu aux oreille que Marc-Olivier Wahler, l’actuel directeur du MAH, ne l’avait pas trouvé à son goût en arrivant. Il se serait demandé si photographier au début du XXe siècle la Grèce et l’Egypte ne relevait pas du colonialisme. Or je rappelle que la Grèce, déjà très nationaliste, était indépendante depuis trois générations et que l’Egypte résultait d’une commande du khédive. Autrement dit du vice-roi local.

L'un des Parthénon de Fred Boissonnas. Photo DR.

L’exposition Boissonnas se retrouve ainsi interrompue en plein montage, même si elle ne devait pas s’ouvrir avant le 24 avril. A Genève, on prend son temps, qui est aussi de l’argent. Le MCB-a de Lausanne, dont je vais bientôt vous reparler, a ainsi démonté son exposition inaugurale et remonté sa première présentation temporaire sur Vienne 1900 (aujourd’hui fermée) un un seul petit mois. Il est parvenu à rendre accessible sa collection permanente et sa carte blanche à une artiste contemporaine en quatre semaines ensuite. Le temps serait-il cantonal au pays de l’horlogerie? Grave question. Je sens que je redeviens un peu médisant. Tant mieux! Cela prouve que je vais bien.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."