Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Genève Enchères ouvre la saison des ventes avec un commissaire-priseur humain

C'est reparti! Un public, mais clairsemé, devrait pouvoir assister, la semaine prochaine, aux vacations de la maison située rue de Monthoux. Il y a de tout 1189 lots.

Le buffet 1880 des Herther Brothers de New York.

Crédits: Genève Enchères, 2020.

Cette fois c’est reparti! Si la mascarade du Coronavirus n’est de loin pas terminée, les galeries et les musées ont rouvert à Genève comme en Suisse (ce qui n’est pas toujours la même chose, notre canton se situant toujours en marge!). Les ventes suivent. Il y a même un coup redoublé chez Koller à Zurich. Deux séries, celle de mars, puis celle de juin. Il paraît que la maison entend profiter du moment pendant lequel l’économie helvétique reste sous anesthésie. Cela pourrait faire très mal cet automne. Profitons de la vague euphorie actuelle…

C’est de Genève Enchères que je vais vous entretenir aujourd’hui. Pourquoi elle? Parce que la maison ouvre les feux. Les visites s’effectuent rue de Monthoux depuis mardi. Elle durent jusqu’à dimanche. Il était possible de guigner avant sur demande. Peureux ou pressés, quelque 200 amateurs, se sont manifestés. Pour la suite il n’y a pas de cocktail, bien évidemment. Des entrées de visiteurs contingentées. Je signale tout de même à ce propos que les conditions édictées par le Conseil fédéral s’assouplissent ces jours comme une paire de chaussures qui aurait longtemps fait mal aux pieds. Il ne devrait donc pas y avoir trop de problèmes avec la présence de public durant les enchères «live». La vente silencieuse se voit pour sa part remplacée par des enchères «online». Finis les bulletins d’offre dans une urne. Peut-être finalement que l’urne fait trop funéraire en ces temps de pandémie.

Mobilier fin XIXe

J’ai tout vu. Enfin pour autant qu’on puisse découvrir l'intégralité de cet aimable fouillis. Le contenu des seules ventes à la criée compte à lui seul 1189 numéros. Il y a des choses très diverses, la maison limitant tout de même le nombre des meubles, difficilement vendables. Parmi ces derniers, j’ai tout de même noté quelques spectaculaires créations de la fin du XIXe siècle. Une jolie sellette Art Nouveau donnée à Gustave Serrurier-Bovy (1000-1500). Un imposant meuble de présentation des Herther Brothers new-yorkais (15 000-20 000). Un porte-manteau viennois de Marcel Kammerer (12 000-15 000). Il y a aussi les neuf sièges d’un très correct salon Louis XV d’époque. A peine 1000 ou 1500 francs. Le vingtième du prix des années 1970. Il faut cependant compter environ 20 000 francs pour le regarnir de tissu, ce qui gonflera un petit peu la note.

Peu de chefs-d’œuvre en peinture, mais de jolies choses dont un rare Bram van Velde figuratif de jeunesse (8000-12 000) et un paysage presque fantastique d’Horace Vernet (15 000-20 000). Une extravagante garniture de bureau allemande des années 1920, entièrement damasquinée et signée Max Kolb, devrait trouver son amateur (4000-6000). Il y a de l’art suisse avec des créations d’artistes peu connus. Plus des bijoux. Des livres. De l’art asiatique. Des fourrures, y compris du léopard. On osait à l’époque. Bref, de quoi alimenter cinq ventes. Avec un personnel humain et le temps réel. Il y a des moments où il faut pouvoir se raccrocher à quelque chose. On peut toucher?

P.S. Le catalogue papier a mis plus de dix jours à me parvenir. Il est grand temps que la Poste rétablisse les diligences. Cela allait plus vite à l'époque!

Pratique

Genève Enchères,38, rue de Monthoux, Genève, visites jusqu’au dimanche 14 juin. Ventes les 16, 17 et 18 juin. Tél. 022 710 04 04, site www.geneve-encheres.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."