Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GALERIES/Encore des vernissages! Art/Carouge, c'est pour ce weekend

Crédits: Galerie Jörg Brockmann, Carouge 2017

Sortez vos fortifiants. Pensez aux souliers de marche. N'oubliez pas vos écharpes contre les courants d'air. Il va falloir affronter les vernissages des galeries genevoises, toujours abondants à cette saison. Pensez! Le 2 novembre, jeudi demain donc, il y aura Art en Vieille Ville, dont je vous ai déjà parlé. Quatorze lieux, dont trois musées. Vous aurez Dieu merci le samedi 4 pour voir ce que vous aurez manqué. Il s'annonce une ou deux bonnes choses au programme (dont le «designer» israélien Ron Arad chez Grob), placé sous le signe «10». L'association AVV fête en effet sa première décennie d'existence. J'aurais pensé qu'elle était plus ancienne. 

Le 11 et le 12, ce sera (mais ça aussi, je vous l'ai raconté une fois) le Week-End d'art contemporain. Il ne s'agit pas d'une Nuit des Bains supplémentaire, mais du reste fossilisé d'une très ancienne manifestation annuelle, destinée à promouvoir l'art actuel à Genève. Là, il y aura un peu moins de mini-événements. Les Bains traversent une passe difficile. Où que l'on aille actuellement, les galeries n'ont plus le vent (ou même la bise) en poupe. Il devient de plus en plus difficile d'attirer, hors vernissages, du public et des acheteurs dans ce genre de lieux. L'heure est aux salons, un peu comme les supermarchés ont en bonne partie tué le petit magasin de jadis.

Un week-end pour tout voir 

Entre ces deux tournées générales, il y aura bien sûr eu quelques inaugurations, comme celle de Lionel Latham avec les potiers de la première moitié du XXe siècle André Metthey et Jean Mayodon. C'est pour le mardi 7. Mais il faudra garder du temps le samedi 4 et le dimanche 5 novembre pour l'édition automnale d'Art/Carouge, qui a remplacé Art/7. Mieux vaut ne pas trop donner trop de chiffres aujourd'hui dans l'énoncé. Celui-ci se révèle à géométrie variable. «Nous sommes aujourd'hui neuf», précise Christine Ventouras, de Krisal. Là comme ailleurs, la manifestation comprend un musée. «La chose nous confère une caution», poursuit Marianne Brand. «Nous ne faisons pas qu'exercer un commerce, fut-il d'art.» L'exposition sur le miroir céramique du Musée de Carouge n'est hélas pas terrible, à moins qu'elle ne le soit précisément. Je vous en ai déjà parlé lors du Parcours céramique. 

«Je montre un artiste pour la première fois en Suisse», annonce Angela Wolllny, de Salon Vert. Il s'agit de Stéphane Erouane Dumas. L'homme proposera dans le petit espace de la rue Ancienne des peintures hivernales, conçues comme autant de gros plans. Marianne Brand, elle, a éprouvé un récent coup de foudre pour la Genevoise d'adoption Tineke Bruijnzeels. «Elle travaille la laque sur papier avec une infinie délicatesse. C'est un travail à la fois d'accumulation de couche et de transparence.» Cela donne de tout petits tableaux. Avec Christine Ventouras, de Krisal, le visiteur se retrouvera par contre en terrain connu. Quoique... Les glaciers alpins sont photographiés par drones en Suisse. Il y a de l'écologie dans l'air, et cet air ce réchauffe. Mauvais pour les neiges dites éternelles. «C'est la troisième fois que je montrerai ainsi Jacques Pugin.»

Les 20 ans de "Drozophile" 

Et ailleurs? Photo également chez Jörg Brockmann, qui ne montre que le 8e art. Ce seront des images assez impalpables de Marine Lanier. Nov marche sur les brisées d'AVV, puisqu'il y aura là «Dix projets de design». L'ensemble se voit qualifié de «duchampien», ce qui me fait toujours un peu peur, même si le centenaire de l'urinoir transformé en «ready made» par Marcel Duchamp se fête bien en 2017. Annick Zufferey ne traite que le bijou contemporain. Sa présentation s'intitule «Quand la perle sort du rang», ce qui constitue une jolie formule pour la plus rangée en apparence des matières. Séries Rare dira «Drozo, c'est trop beau». L'exposition accompagne la sortie du neuvième numéro de la revue de BD «Drozophile», lancée en 1997 par Christian Humbert-Droz. «Il n'y avait plus eu de parution depuis 2009», explique Mireille Excoffier. "Il y aura encore un numéro 9 bis au printemps 2018. Puis la clef se verra mise sous le paillasson.". J'ajouterai que le vernissage carougeois sera ici précédé par une autre exposition sur l'histoire de la revue. Elle se déroulera à l'Usine Kugler du 2 au 10 novembre. Début ce jeudi, donc. 

Ce n'est bien sûr pas tout! Véronique Philippe Gache retrouve Marcel Miracle pour une fantaisie para-cinématographique: «Cinéma Ritz Tamatave». «L'artiste a retrouvé par hasard aux Puces une image de la salle de projection de son enfance malgache», explique Véronique Philippe Gache. «Il lui restitue une programmation entièrement sortie de son imagination, avec des texte poétiques et des images.» Voilà. Je crois que les huit galeries sont là. Il n'y a rien chez Maya Guidi, qui semble mettre son arcade en veilleuse.

Quid du Musée de Carouge? 

Au printemps prochain, Art7Carouge repartira de plus belle. «Je pense que deux manifestations par an constitue un bon nombre», conclut Marianne Brand. «Nous ne sommes pas oubliés. Les gens voient que nous restons actifs.» Cela dit, comme partout ailleurs, la profession doit se serrer les coudes. Les grandes années sont terminées. Une galerie importante de la cité sarde, ne faisant pas partie d'Art/Carouge, va mettre la clef sous le paillasson à la fin de l'année. Joy de Rouvre a finalement préféré aller aux Bains. Ils lui correspondent davantage, en dépit de l'éloignement géographique. Je me demande pour terminer ce qui ce passe au Musée de Carouge dont Nathalie Chaix, jusqu'ici à la  tête des Affaires culturelles municipales, a repris les rênes. Le site du musée parle à son propos d'une directrice par intérim". Mais il semble que ce dernier soit appelé à durer... Or je vous rappelle que son ex-subordonné Philippe Lüscher, le précédent directeur du musée, avait annoncé publiquement partir à cause de la dame. Qu'en déduire? Et cela ne pose-t-il pas problème?

Pratique

Art/Carouge, samedi 4 et dimanche 5 novembre de 11h à 17h. Site www.artcarouge.ch Le site est très bien fait. Il dit tout sur la suite d'expositions qui vivront chacune leur vie propre dès la semaine prochaine.

Photo (Galerie Jörg Brockmann): Une des photos de Marine Lanier à la galerie Jörg Brockmann.

Prochaine chronique le jeudi 2 novembre. Petit tour au Mudac lausannois.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."