Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Fréquentation publique du nouveau MCB-a de Lausanne. C'est bien parti!

Dix-neuf mille personnes le week-end inaugural début octobre. 74 000 visiteurs en tout depuis. Le 13 janvier, le musée fermera pour un mois afin d'assurer sa mue.

Le crocodile de Xavier Veilhan et Olivier Mosset, qui est devenu un emblème du musée sur son parvis.

Crédits: Odile Meylan, 24 Heures

Nous ne sommes pasen guerre, et il s’agit pourtant d’un communiqué de victoire. A une quinzaine de jours de la fermeture d’«Atlas, Cartographie du don» (jusqu’au 12 janvier), le MCB-a, ou Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne communique des chiffres. Depuis sa réouverture début octobre près de la gare, il a accueilli 74 000 en tout personnes. Le week-end inaugural avait déjà vu débarquer 19 000 curieux. Un chiffre énorme, mais le record n’avait pas été battu. Début avril 2019, c’étaient 21 000 visiteurs qui avaient découvert la carcasse vide du bâtiment. Cet édifice, il faut dire que les Vaudois l’ont attendu longtemps!

Bien sûr, l’entrée aux collections permanentes, dont font partie les œuvres exposées sur les 3200 mètres carrés d’«Atlas», reste libre. Mais la chose ne fait pas tout. En ce moment, le Musée d’art et d’histoire genevois, dont le peuple avait maintenu la gratuité lors d’une votation au temps où Alain Vaissade était encore «ministre de la culture», reste certains jours bien vide. Et je ne suis pas sûr que la prise en charge des entrées pour 2019 par Mirabaud, qui marque les 200 ans de cette banque privée genevoise, ait attiré les foules au Mamco. Si chacun peut sans débourser accéder au musée, cela ne signifie pas que tout le monde ait envie d’y aller. Il ne faut pas toujours confondre les choses, comme le font si souvent nos édiles.

Vienne dès la mi-février

Après le 12janvier, le MCB-a fermera pour un mois. Il s’agit de créer les espaces qui en feront un musée à part entière, avec des salles permanents et d’autres vouées aux manifestations temporaires. Ce seront ce derniers qui seront prêts en premier. Ils abriteront dès le 14 février les 170 œuvres de l’exposition «A fleur de peau», sur la Vienne des années 1900. Un mois plus tard, le 13 mars, ce seront les locaux réservés à la présentation du patrimoine vaudois qui se verront inaugurés.

Un dernier mot. Il touche à la répartition des publics. Je peux vous dire qu’ils sont à 70 pour-cent vaudois, ce qui semble énorme mais rassurant. Il existe bien un intérêt local. Le 20 pour-cent vient d’ailleurs en Suisse, ce qui reste peu par rapport à Bâle ou à Zurich, où se rend tout le pays. Les étrangers ne représentent autrement que le10 pour-cent. Un nombre très faible. Il faudra ici mettre la machine en marche. Se faire connaître. Attirer. La presse française ne fonctionne ainsi (presque) que sur invitations.

Inclusif

Autrement, je ne saurais vous dire s’il y a la parité entre les visiteurs et les visiteuses ou s’il y a davantage d’yeux bleus que d’yeux bruns. Je vous rappelle cependant que le MCB-a se veut totalement in-clu-sif.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."