Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Fréquentation des musées en 2018. Qui vient dans le monde après le Louvre?

Le classement, en tenant compte des chiffres donnés, n'a pas changé pour les quatre premières places. Londres reste la ville-phare. Catastrophe à Vienne.

Voir le "David" de Michel-Ange à Florence tient de la performance.

Crédits: Florencetown

Je vous ai raconté, il y a déjà deux ou trois mois, comment le Louvre avait atteint le chiffre de 10,2 millions de visiteurs en 2018 contre 8,1 millions en 2017. Un mieux de 25,9 pour-cent. Quelle remontée! Le début du règne pour le moins tourné vers les publics de Jean-Luc Martinez avait en effet commencé par une continuelle chute de fréquentation. Je vous avais aussi signalé l'attitude schizophrène de l'institution. D'une part, elle se félicite du résultat. De l'autre, elle se plaint d'être engorgée. Il faudrait peut-être se décider...

Parmi mes récentes lectures d'«Il Giornale dell'arte», j'ai trouvé dans le numéro d'avril le classement mondial. Le cent premiers. Le second est ainsi le Musée national de Chine à Pékin avec 8,6 millions. Le troisième le Metropolitan Museum de New York avec 6,9 (alors que le MoMA, supposé plus à la mode, n'a fait que 2,7). Viennent ensuite les Musée du Vatican avec 6,7. La Tate Modern de Londres occupe la cinquième place avec 5,868 millions. Je donne ici un chiffre plus précis. Les institutions de la capitale anglaise se bousculent. Le British Museum est sixième avec 5,820 et la National Gallery septième avec 5,735. En huitième position, j'ai trouvé la National Gallery of Art. Celle de Washington cette fois, avec 4,2. Le Victoria & Albert de Londres clôt le «top-ten» avec 3,9.

Quatre-vingt une institutions millionnaires

La suite avance cahin-caha. On découvre que le Prado fait à Madrid un peu moins que le Reina Sofia. A Paris, le Petit Palais dépasse avec 1,2 million le Grand Palais, qui se contente (mais il ne doit pas être très content!) de 1,1. Les deux musée italiens en tête (1), les Offices et l'Accademia de Florence, se hissent respectivement à 2,2 et 1,7. Il y a en tout 81 institutions ayant atteint ou dépassé le million. Aucune n'est suisse, ce qui n'a rien de surprenant. Peu finalement américaines. Londres arrive enfin au plus beau total puisque l'on retrouve parmi les cent Somerset House, la Royal Academy of Arts, la Tate Britain, la Saatchi Gallery et l'Imperial War Museum. Paris ne fait apparemment pas le poids, alors que son offre culturelle apparaît pourtant plus riche.

Que dire d'autre? Que l'on met en compétition des musées incomparables entre eux. Quoi qu'on en dise, un visiteur peut sans peine entrer au Louvre, en tout cas pendant la pause de midi et le soir. L'accès au British Museum reste simple. Il se révèle en revanche presque impossible de pénétrer dans les Musées du Vatican, aux Offices et à l'Accademia de Florence. Il y a des heures d'attente. Ce sont des lieux conçus pour le public des années 1950, quand le tourisme demeurait un luxe. Jusque vers 1980, il y avait ainsi peu de bouchons.

On ne parle que des riches

Il faudrait aussi rappeler que si nous sommes ici dans les sommets, il existe de trop nombreux abysses. Les petits musées de province se font quasi vides. Quelques clients à peine par jour. Certains risquent à mon avis une fermeture à moyen terme. Comme partout, que ce soit au cinéma ou dans l'édition, nous assistons à des polarisations. Le plein attire le plein et les vides s'accroissent. Jusqu'où ira la désertification de certains lieux moins connus, qui recèlent souvent des trésors? Et que peut-on faire afin d'enrayer ce processus? Il faudrait en tout cas limiter au maximum la création de musées nouveaux, du moins en Occident. J'ai quand même noté que le MUCEM de Marseille tire son épingle du jeu. Avec 1,3 million de visiteurs, il se positionne aujourd'hui en quarante-septième position mondiale. Il a gagné quatorze place depuis 2017 Comme le Petit Palais parisien. Seuls le Smithsonian et la National portrait Gallery de Washington peuvent se targuer d'avoir fait mieux. Trente places gagnées pour chacun!

Il y a du coup quelques chutes, d'autant plus que la liste 2018 comporte des nouveaux-venus. Dix-neuf pour être précis. La Tate Britain a perdu quatorze places. La Fondation Vuitton de Paris douze. Le LACMA de Los Angeles aussi. Le Kunsthistorisches Museum de Vienne, aux collections pourtant admirables, a connu pour sa part une véritable descente aux enfers. Il a passé de la 46e place à la 94e en un an. Que s'est-il donc passé?

(1) Le Vatican reste un Etat indépendant!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."