Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

"Fondamental". Opera Gallery oppose à Genève Jean Dubuffet et Pierre Soulages

L'exposition entend faire entendre chez les deux Français des échos de l'Afrique et de l'Océanie. D'où une importante sélection de sculptures extra-européennes.

Confrontation sous l'égide du noir.

Crédits: Opera Gallery

Matisse-Picasso. Picasso-Bacon. Bacon-Giacometti. Giacometti-Rodin. Rodin et… On pourrait continuer ainsi jusqu’à boucler la boucle. Les commissaires d’expositions adorent depuis quelques années les duos d’artistes, surtout quand leurs membres sont célèbres et si possible antinomiques. J’avoue cependant que je n’avais jamais vu jusqu’ici de Dubuffet-Soulages. Il faut dire que je n’y aurais même pas pensé. Trop éloignés en apparence l’un de l’autre! Il aura fallu Jordan Lahmi, de la Galerie Opera de Genève, pour en avoir l’idée. Une idée qui n’a pas été jetée en l’air. La confrontation se fait aujourd'hui sous le signe du «Fondamental». Comprenez par là les créations relevant du tribal ou de la préhistoire. Nous sommes dans ce que l’on appelle aujourd’hui les primitivismes.

Je suppose que vous connaissez les galeries Opera. Une véritable chaîne. Il y a en douze dans le monde, localisées dans des villes où il y a beaucoup d’argent. Genève se situe ainsi entre Londres, Paris, Monaco, Séoul, Beyrouth, Miami ou Dubaï. Un choix évident, mais honorable. Méfiez-vous plutôt des enseignes situées dans des lieux comme Saint-Tropez, Cannes, Abu Dhabi ou Venise. Ville clef du contemporain, la Cité des Doges abrite ainsi quelques-unes des pires galeries du monde. Une autre chaîne, que je ne nommerai pas, en développe deux là-bas qui me font grincer des dents (voire même tomber les chaussettes) chaque fois que je dois passer devant leurs vitrines.

Scarifications

Mais revenons à Soulages, qui possède lui-même une collection d’art primitif (j’ose encore utiliser l’expression) et à Dubuffet, qui s’est imposé comme le père de la création brute. Pour Jordan Lahmi, le premier possède des liens évidents avec l’Afrique. Cela tient à des couleurs récurrentes comme le brun, l’ocre ou le noir. Mais aussi aux reliefs dans ses «outrenoirs» tenant de la scarification. Une entaille corporelle qui ne produit les cicatrices voulues qu’avec une peau chargée de mélanine, et donc noire. Chez Dubuffet, les échos viendraient plutôt de l’Océanie. Ses personnages se révèlent proches des masques du Sépik ou des sculptures de la Nouvelle-Irlande.

Dubuffet, Soulages et l'Afrique. Photo Opera Gallery.

Afin d’illustrer tout cela il fallait des tableaux, bien sûr, qui soient en plus à vendre. Il y a donc des Soulages créés entre 1951 et 2016, année où le peintre fêtait ses 97 ans. Idem pour Jean Dubuffet. Le panorama reste cependant ici plus resserré dans la mesure où il ne va que de 1948 à 1981, l’homme ayant connu en trois décennies et demi une étonnante évolution n’allant à mon avis pas toujours dans le bon sens. Les duettistes se retrouvent entourés de sculptures extra-européennes empruntées à divers collectionneurs locaux. Un marchand genevois, Charles-Edouard Dufflon pour ne pas le nommer, a fait l’appoint avec quelques pièces magnifiques. Opera peut ainsi présenter deux massues des Iles Marquises, une très importante statue du dieu Domo d’Hawaï remontant au XVIIIe siècle ou un remarquable fétiche Songyé. Autrement dit provenant d’une ethnie relativement peu connue du Congo.

Le MEG en mai

Le tout se marie heureusement, ce qui prouve que le concept fonctionne. La mise en scène apparaît habile, en dépit d’un lieu plutôt ingrat. C’est surtout le cas dans la salle du fond, aux murs peints en noir. Noir comme les Soulages. Noir comme l’Afrique. Noir comme la nuit des temps. Noir comme l’humour de Dubuffet. Je rappelle à ce propos que vous allez manger du monsieur art brut presque toute l’année. Le 8 mai ouvrira au MEG «Jean Dubuffet, Un barbare en Europe». Une exposition coproduite avec le MUCEM marseillais. Sa présentation sera de longue durée. La clôture est prévue pour le 8 janvier 2021.

Pratique

«Jean Dubuffet-Pierre Soulages, Fondamental», Opera Gallery, 10-12, place Longemalle, Genève, jusqu’au 22 février. Tél. 022 318 57 70, site www.operagallery.com Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 19h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."