Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

FLORENCE/Le Bargello vient au secours des porcelaines de Ginori

Crédits: Bargello, Florence

C'est aujourd'hui encore la grande fabrique italienne de porcelaine, bien plus que Capodimonte fondé près de Naples huit ans plus tard. Ginori offrait en 1735 l'originalité d'une initiative privée, celle du marquis Carlo Ginori. En Toscane, les Médicis avaient bien tenté d'imiter «l'or blanc» de la Chine au XVIe siècle. Ils avaient produit quelques pièces sans kaolin, dont subsistent quelques exemplaires. Puis les grands-ducs s'étaient arrêté. Ils n'avaient pas envie de se relancer deux cent ans plus tard dans la compétition que se livraient les princes européens depuis la création de la fabrique saxonne de Meissen en 1709. 

Carlo Ginori était passionné par l'idée d'éditer sous forme de porcelaine blanche les plus célèbres sculptures de la Renaissance et du baroque. C'est la raison pour laquelle l'actuelle exposition «La Fabbrica della bellezza» se tient au Bargello de Florence, qui conserve les chefs-d’œuvre de Michel-Ange ou de Giambologna. La manifestation tente aussi de venir au secours du Musée Ginori, situé à Sesto Fiorentino. Fermée en mai 2014, l'institution serait «sur le point de tomber en ruines». L'usine vivote. Elle n'arrive plus à entretenir son conservatoire qu'elle a tenté de vendre l'an dernier, si je lis bien la presse italienne. Des amis du musée aimeraient bien prendre la relève, mais... Il faut dire que le Ministère de la culture ne dispose que d'un budget minuscule, qu'il y a déjà beaucoup à faire dans le pays et que les arts décoratifs n'y semblent pas une priorité.

Magnifiques restaurations

L'actuelle manifestation ne possède pas le seul mérite de jouer les signaux d'alarme. Elle a permis de restaurer trois des plus célèbres pièces de cette manufacture très précoce en Europe, Sèvres étant postérieur de deux décennies. Ces réfections montrent des créations particulièrement spectaculaires. Elles se révèlent aussi grosses que les animaux commandés en Saxe par Auguste Le Fort à la même époque. Il y a là une cheminée complète, couverte de sculptures. Le «tempietto» dédié aux gloires de la Toscane, offert par Carlo Ginori à l'Accademia Etrusca de Cortone. La grande «Vénus de Médicis» copiée d'un antique des Offices. Il s'agit là de pièces composées de plusieurs morceaux assemblés. Pour tirer une «Pieta» créée sur un modèle du sculpteur Massimiliano Soldani Benzi, il faut 59 moules, dont plusieurs se vient présentés à côté dans une vitrine. 

Cette petite exposition peut se compléter en montant deux étage, si le second n'est pas fermé ce jour-là bien sûr. La section céramique présente en effet des pièces plus récentes de la fabrique, devenue par fusion Richard-Ginori en 1896. Le designer vedette de la maison, dans les années 1920, fut l'architecte Gio Ponti. Les merveilleux modèles de ce dernier, décorés avec une fantaisie néo-classique annonçant peu le modernisme qu'adoptera ensuite le maître, font partie de actuelles vedettes du marché de l'art. Il s'agit d'objets hors de prix. L'immense salle des céramiques permet aussi de voir le service de parade livré aux Médicis en faïence d'Urbino vers 1570. Difficile de faire plus spectaculaire, les plats étant décorés des deux côtés!

Pratique 

«La fabbrica della bellezza», Bargello, 4, via del Proconsolo, Florence, jusqu'au 1er octobre. Tél. 0039 055 238 86 06, site www.museodelbargello.it Ouvert du mardi au dimanche de 8h15 à 17h.

Photo (Bargello, Florence): Fragment du "tempietto" dédié aux gloires de la Toscane.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."