Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Féminisation. Le Kunstmuseum a acquis une grande toile abstraite de Shirley Jaffe

Morte à 93 ans en 2016, l'Américaine de Paris a ainsi rejoint Clifford Still ou Mark Rothko. Le musée, comme bien d'autres, entend aujourd'hui "s'ouvrir".

"Médrano", 1958.

Crédits: Succession Shirley Jaffe, Pro Litteris, Gina Folly, Kunstmuseum, Bâle 2021.

Il faut savoir regarder. Vous me direz que c’est normal lorsqu’on parle de peinture. Mais le coup d’œil doit aller jusqu’aux cartels. Ils parlent. C’est ainsi que j’ai vu, au Neubau du Kunstmuseum de Bâle, une énorme toile apparaître parmi les vedettes de l’expressionnisme abstrait américain. Vu le manque de place (déjà, le bâtiment a ouvert en 2018!), elle remplace même un Barnett Newmann dont la valeur d’assurance doit se révéler vertigineuse. Surprise! Mais pas vraiment... L’œuvre se voit signée par une femme. C’est dans l’air du temps. Mais ici, il ne s’agit pas vraiment d’une inconnue. Morte à 93 ans en 2016, Shirley Jaffe a souvent figuré (même s’il s’agit d’une artiste abstraite) sur un stand d’Art/Basel.

Shirley Sternstein naît dans le New Jersey en 1923. Elle subit sa formation aux Etats-Unis. Peu après son mariage avec le journaliste Irving Jaffe, elle déménage à Paris. Nous sommes en 1949. Irving vient d’être nommé correspondant en France. La jeune femme n’en représente pas moins un expressionnisme abstrait peu commun dans le Vieux Monde. Mais vivent en France dans les années 1950 aussi bien Sam Francis que Joan Mitchell ou Ellsworth Kelly, Cy Twombly ayant atterri lui à Rome. Il existe ainsi toute une diaspora n’ayant rien cette fois d’une «génération perdue», comme dans les années 1920. Shirley passe progressivement à l’abstraction rigide. Elle divorce en 1962. Mais, comme Joan Mitchell, elle ne repartira jamais signant, signe d’adaptation, des vitraux pour une église de Perpignan. Elle gardera par ailleurs son nom d’épouse.

Un tableau au nom de cirque

Le Kunstmuseum a acheté en 2020 «Médrano», une grande toile (plus de deux mètre de haut) au nom de cirque. C’est un bon exemple daté 1958 de sa période expressionniste abstraite. Le musée se féminine ainsi un peu, même s’il ne possède à ma connaissance ni Helen Frankenthaler, ni Joan Mitchell. L’institution a aussi donné dans les minorités en organisant il y a deux ou trois ans une première rétrospective européenne pour un Sam Gilliam déjà octogénaire. Il lui en est resté deux grandes toiles, déjà anciennes. Je ne me permettrai bien sûr pas de dire qu’il a enfin sorti de ses caves le plus grand Mark Tobey connu parce que ce dernier était homosexuel. Mais il a sans doute fait son devoir en achetait un grand Lynette Yiadom Boakye, une Britannique d’origine ghanéenne. Des «Musiciens». Cela dit, j’aime beaucoup ce que fait Lynette Yiadom Boakye!

Cet article accompagne celui sur la rétrospective Sophie Taeuber-Arp. Il se trouve une case plus haut (avec les indications de lieu et de dates) dans le déroulé de cette chronique.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."