Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EXPOSITIONS/Que promet la rentrée internationale, de Paris à Milan?

Crédits: Royal Collection, Londres

C'est déjà la rentrée. A vrai dire, il n'y a pas eu de sortie. Le calendrier, comme en musique ou en théâtre, devient si serré qu'il a fleuri des expositions tout l'été. Dans le Sud, en particulier. Je vous parle du reste en ce moment d'Arles, d'Avignon, d'Aix ou de Venise, et ce n'est pas fini. Pour ce que j'appellerai tout de même la reprise, il m'a fallu choisir dix expositions internationales. Sélection difficile. Tout d'abord, je ne sais pas tout. Plus personne ne sait tout, d'ailleurs. Ensuite, j'ai voulu tenir compte des différents goûts, qui ne sont pas forcément les miens. Respecter l'équilibre géographique aussi. Sur ce, c'est parti! 

Paris

Irving Penn. L'Américain aurait 100 ans. Il a révolutionné la photo dans les années 40 et 50. Son travail de studio en noir et blanc va toujours vers l'essentiel qu'il s'agisse de portraits, de mode, de nature morte ou d'ethnographie. Le Grand Palais l'expose en collaboration avec le «Met» de New York (du 21 septembre au 29 janvier 2018, site www.grandpalais.fr).
François Ier et l'art des Pays-Bas. On parle toujours de l'importateur de l'art italien en France. Durant son règne, qui a duré de 1515 à 1547, François Ier a aussi beaucoup regardé du côté du Nord. Des recherches récentes ont fait émerger des noms oubliés, de Godefroy Le Batave à Noël Bellemare. A découvrir au Louvre (du 18 octobre au 15 janvier 2018, site www.louvre.fr).
Mariano Fortuny. Il a été scénographe, photographe et peintre. L'histoire a retenu le couturier, installé à Venise dans un palais aujourd'hui transformé en musée. L'homme a créé des années 1910 à sa mort en 1949 une mode hors-mode inspirée par la statuaire grecque et la peinture de la Renaissance. Paris l'accueille au Palais Galliera (du 4 octobre au 7 janvier, site www.palaisgalliera.paris.fr). 

Londres

Rachel Whitheread. Après les couleurs flamboyantes de David Hockney, la Tate Britain passe à une sculptrice de 54 ans, méconnue hors des pays anglo-saxons. Rachel utilise des matériaux industriels dont elle couvre des objets du quotidien. Cela peut sembler sévère. A tort, parfois. A découvrir dans le plus exotique des musées londoniens (du 12 septembre au 21 janvier 2018, site www.tate.org.uk).
Charles II, Art et Pouvoir. Monté non sans peine sur le trône en 1660, Charles mena un vie de débauche, tout en respectant l'ordre politique. Rien n'avait été récemment fait sur cette époque fastueuse. Elizabeth II, qui n'en descend pas, ouvrira une nouvelle fois ses collections à la Queen's Gallery de Buckingham (du 8 novembre au 15 mai 2018, www.royalcollection.org.uk).

Lyon

La Biennale. C'est la treizième du nom. Thierry Raspail a cette fois invité Emma Lavigne, la directrice de Pompidou Metz, à opérer ses choix. Le thème abordé sera celui des «Mondes flottants». Il y aura en tout une soixantaine d'artistes, parfois âgés ou décédés. Les lieux dans la ville seront les mêmes que d'habitude (du 20 septembre au 7 janvier 2018, site www.labiennadelyon.com). 

Florence

Il Cinquecento a Firenze. Après l'exposition Bronzino et celle unissant Rosso et Pontormo, voici un troisième acte au Palazzo Strozzi. Seront cette fois concernés Michel-Ange, Giambologna, Vasari ou Santo di Tito. Vu l'exceptionnelle qualité des deux présentations citées, il faut s'attendre ici à des révélations en matière de XVIe siècle (du 21 septembre au 21 janvier, site www.palazzostrozzi.org). 

Vienne

Raphaël. En coproduction avec l'Ashmolean d'Oxford, où l'exposition a été montrée cet été, voici la plus belle rétrospective Raphaël depuis celle du Louvre en 2012-2013, axée sur les dernières années. Il s'agira de couvrir à l'Albertina toute la carrière du peintre, mort en 1520 à 37 ans. Le catalogue comprend 130 dessins et 17 tableaux (du 29 septembre au 9 janvier, site www.albertina.at). 

Lille

Jean-François Millet. C'est le peintre de «L'Angélus». L'homme qui a fit entrer les paysans dans la peinture française, où ils restaient bien négligés depuis les frères Le Nain. Ce poète rugueux fait rarement l'objet d'un grand hommage. En voici une au Palais des beaux-arts, qui a peu fait parler de lui ces dernières années. Une occasion à saisir (du 13 octobre au 22 janvier, site www.pba-lille.fr).

Milan

Dentro Caravaggio. Depuis quelques années déjà, l'Italie est prise d'une «caravagiomania» aiguë. Le peintre jouit d'une popularité sans égale. Le Palazzo Reale annonce dix-huit chefs-d’œuvre, venus du monde entier, plus une très importante documentation archivistique. Il devrait s'agir d'une petite exposition de qualité (du 29 septembre au 28 janvier 2018, site www.palzzorealemilano.it).

Photo (Royal Collection, Londres): Portrait officiel de Charles II, qui régna de 1660 à 1685.

Prochaine chronique le mercredi 30 août. La Fondation Caumont d'Aix-en-Provence programme Alfred Sisley.

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."