Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Deux Suisses agrandiront l'année prochaine le Musée d'art contemporain de Barcelone

Le bureau bâlois Christ & Gantenbein travaillera en pool avec des Catalans. L'institution sera par ailleurs dirigée par une femme issue de l'émigration.

L'extension Christ & Gantenbein, plus le couvent.

Crédits: Image de synthèse. Christ & Gantenbein, Bâle 2021.

Nouvelle directrice. Nouveau bâtiment. Les choses bougent au Musée d’art contemporain de Barcelone, ou Macba. Pensée dès la fin des années 1950, alors que l’Espagne culturelle suffoquait sous le régime franquiste, l’institution a pris corps bien plus tard. Le bâtiment actuel remonte à 1987-1995. Il est dû à l’Américain Richard Meier, qui était alors très à la mode de Los Angeles (le Getty Center) à Francfort (le Musée des arts appliqués). L’homme affectionnait les édifices tout blancs. Celui bâti en Catalogne l’était donc. Un vrai produit laitier. Quand il a finalement été inauguré en 1995, il semblait se résumer à un grand escalier. Réussi, par ailleurs. Il n’y avait alors presque pas de collections.

Le bâtiment originel de Richard Meier. Photo Ville de Barcelone.

Les choses ont bien évolué depuis. Le Museo Arte Contemporáneo s’est considérablement enrichi. Ses missions ont par ailleurs évolué. Il lui faut donc de la place supplémentaire. Un agrandissement a donc été décidé il y a plus d’un an. Il y a eu le concours d’architectes. Et ce sont des Suisses qui ont gagné! Associés à UTE Harquitectes, les Bâlois Christ & Gantenbein bâtiront l’extension. Cette dernière, qui apportera 3000 mètres carrés supplémentaires, coûtera 11 millions d’euros. C’est peu, car nous ne sommes pas dans notre pays. Les travaux devraient vite aller. Début en 2022, conclusion en 2023. La galerie vitrée reliant les deux bâtiments fait cependant tiquer Roberto Bosco du «Giornale dell’Arte», à qui j’emprunte une partie de mes informations. Pas assez écologique...

Couvent intégré

Sur les images de synthèse, l’intervention semble discrète. Les Bâlois devront surtout intégrer un ancien couvent, celui «des Anges», restauré dans les années 1980. Il fera ainsi partie du complexe. La situation sera par conséquent un peu la même qu’au Kunstmuseum de Bâle, où le Neubau devait répondre au Hauptbau situé de l’autre côté de la rue. Le duo Emanuel Christ et Christoph Gantenbein s’est montré moins respectueux en créant, après des années de palabres, l’extension pachydermique du Landesmuseum de Zurich. Ce monstre «brutaliste» défigure non seulement la partie néo-médiévale des années 1900, mais il se révèle difficile à utiliser pour présenter les expositions qui y sont prévues. Un comble! Et je ne vous parle pas des escaliers, prévus pour des géants…

Elvira Dyangani Ose. Photo DR.

La nomination, maintenant. Elvira Dyangani Ose va succéder à l’Argentin Ferran Barenblit, en poste depuis six ans. L’élue a 47 ans. Originaire de Guinée équatoriale, elle est née à Cordoue, ce qui en fait une Andalouse. Elle est Noire, ce que la journaliste d’«Il Giornale dell’Arte» ne précise bien sûr pas par peur du racisme, préférant publier un portrait photo. La chose possède pourtant son importance dans la mesure où la nouvelle venue, qui a effectué l’essentiel de sa carrière à Londres (à la Tate, puis en tant que directrice de la galerie The Showroom), était au départ spécialisée dans les expressions africaines.

Langue de bois

Pour Elvira, qui a fait ses études en histoire de l’art à Barcelone (où elle a aussi débuté en tant que curatrice), les choses sont claires. Pour moi moins. Elle entend «avoir une approche innovatrice du rôle de l’institution sur le plan local et international» Elle éprouve «un désir de s’inscrire dans les débats contemporains sur le rôle de l’art en ce début de siècle.» Il y a d’autres phrases du même tabac, avec plein de mots creux mais à la mode, et donc rabâchés sans cesse. Tout cela demeure bien abstrait. Il faudra voir Elvira à l’œuvre. C’est pour bientôt.

N.B. "The Art Newspaper" annonçait le lendemain de la nomination d'Elvira Dyangani Ose que deux des têtes du musée avaient volé. Renvois! Coïncidence?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."