Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Deux lauréates pour les bourses photographiques de "Vevey Images" 2019-2020

Une Américaine, Kristine Potter, a été retenue pour son projet sur les "Murder ballads" du Sud des Etats-Unis. Une Espagnole, Gloria Oyarzabal, pour un livre sur les féminismes africains.

Kristine Potter, la grande gagnante.

Crédits: Courtesy of the artist

On connaît les lauréats des deux prix de «Vevey Images» pour 2019-2010. Ce sont d'ailleurs des lauréates. Après trois jours de délibérations, le jury de cinq personnes, présidé par l'Indienne Dayanata Sing, a proclamé le résultat des concours, en ajoutant pour faire joli quelques mentions. Rappelons qu'il s'agit ainsi de préparer la prochaine édition. Elle se déroulera en 2020, cette année étant vouée à la Fête des vignerons (et naturellement des vigneronnes).

C'est l'Américaine Kristine Potter qui décroche la bourse, doté de 40 000 francs. Cette bourse s'ajoutera à celle qu'elle a déjà obtenue des Guggenheim en 2018. L'artiste, née en 1977, a décidément le vent en poupe. Retenue sur 446 provenant de 51 pays, sa candidature portait sur le projet «Dark Waters». La photographe s'y intéresse à ce que la culture populaire du Sud des Etats-Unis peut offrir de plus sombre. Ce sont les histoires de femmes battues, violées, voire assassinées. En noir et blanc, de grande taille, les images se verront complétées par de la musique et de la vidéo. C'est très tendance de se vouloir comme ça multimédias. Il s'agira en même temps d'une médiation sur l'histoire américaine de la photo de paysage, «largement dominée par les hommes». Le jury a retenu l'«approche gothique et littéraire» de ces «murder ballads» en devenir.

A faire d'ici septembre 2020

Pour le qui est du prix donné à un futur livre d'une valeur de 10 000 francs), les jurés ont primé Gloria Oyarzabal. Une Espagnole née en 1971. La Madrilène s'intéresse aux processus de colonisation et de décolonisation ainsi qu'aux féminismes africains. Pouvons-nous appliquer là nos notion occidentales, alors que les traditions culturelles du Continent noir se révèlent «fondamentalement différentes»? Grave question. L'ouvrage s'intitulera «Woman No Go' Gree». Il y avait cette fois 197 candidatures venues de 30 pays.

Les lauréates ont jusqu'en septembre de l'an prochain pour mener leur idée à terme. En attendant, je crois qu'on peut d'ores et déjà décerner à «Vevey Images» le grand prix du politiquement correct, pour ne pas dire du conformisme. Le jury n'est pas sortis une minute des clous.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."