Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Des musées anglais et italiens vont bientôt abriter des centres de vaccination

Les lieux sont fermés. Ils possèdent des salles immenses. Pourquoi ne pas en reconvertir provisoirement en lieux médicaux? Londres ou Turin lancent l'idée.

Le County Museum anglais en plein air.

Crédits: County Living Museu, Dudley 2021.

La plupart des musées européens se retrouvent aujourd’hui fermés, même si les chiffres de contamination dans de tels lieux indiquent un petit 0,5 pour-cent des infections totales. Il y a donc un peu d’idéologie là-dedans à mon avis. La culture devient superflue en temps de crise grave. Pourquoi dans ces conditions ne pas utiliser ces bâtiment, souvent énormes, comme centres de vaccination? C’est ce à quoi ont pensé les Anglais et des Italiens. Un article a paru à ce sujet sur la version en ligne d’«Il Giornale dell’arte» et de «The Art Newspaper», qui échangent leurs informations (1).

Le Science Museum de Londres. Photo DR.

C’est la Grande-Bretagne qui a le plus vite développé l’idée. Avec une certaine logique, je dois dire. A Londres, le grand centre se situera ainsi au Science Museum de South Kensington. A Leeds, le pays ne se résumant pas à sa capitale, ce sera au Tackeray Museum of Medicine. Dans ces deux endroits, la pratique se verra donc jointe à la théorie. J’ai cependant aussi noté l’ouverture d’un centre en pleine campagne. Le County Living Museum de Dudley, que je me souviens d’avoir visité il y a une trentaine d’années, constitue un pendant de notre Ballenberg suisse. Ce ne sont cependant pas de vieux chalets qui se retrouvent déplacés afin de reconstituer une petite ville, mais des bâtiments évoquant l’essor industriel dans le pays de la fin du XVIIIe siècle à 1900. Le County se visite en principe à la belle saison. L'espace y est donc libre en ce moment.

Dix mille mètres carrés à Rivoli

Carolyn Christov-Bagargiev a lancé le concept en Italie. Elle est devenue depuis des années la figure emblématique du Castello di Rivoli, voué à l’art contemporain. Le château, ancienne résidence de la famille de Savoie, a restauré il y a une trentaine d’années la «Manica Lunga». Une aile ayant servi à tout et à rien depuis des dommages de guerre subis en 1693. Cette extension lui permet notamment de présenter de grandes installations. Son troisième étage sera parfait pour un centre de vaccination, avec ses 10 000 mètres carrés. Il pourra surtout abriter une vaste salle d’attente, avec vraiment toutes les distances sociales voulues. Reste que Rivoli se trouve très loin du centre de Turin.

La Manica Lunga au Castello di Rivoli. Photo Castello di Rivoli 2021.

Le centre de Rivoli deviendra opérationnel après la vaccination prioritaire des personnes âgées dans les homes et celle du personnel soignant. Carolyn a proposé sur la plate-forme de Cultura Italiae à ses collèges d’en faire autant avec leurs lieux disponibles. Pour l’instant, elle n’a pas obtenu de réponses. La directrice n’en perd pas pour autant de vue son prosélytisme de l’art contemporain. Les personnes en attente d’une piqûre pourront admirer des installations commandée à Claudia Comte. Une jeune artiste qui monte très fort. Née comme Julian Charrière à Morges, mais en 1983, la Vaudoise est sortie de l’ECAL lausannois en 2007. Elle a décoré le MCB-a de la cité à Rumine, avant son départ pour Plateforme10. On voit aujourd’hui Claudia partout. A Genève, c’était chez Joy de Rouvre qui correspond tout à fait à son géométrisme faisant parfois un peu mal à la rétine. Attention les yeux!

Claudia Comte. Photo Artnet.

(1) Gratuit en italien. Payant en anglais. La version britannique n’a pourtant plus grand intérêt. De harcèlement dans les musées aux problèmes de restitution en passant par l’anti-racisme, elle ne fait plus guère que de la morale culturelle. Amen!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."