Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Des mégalithes et une tombe effacés du paysage ont été mis au jour en Auvergne

C'est le genre de découverte qui interpelle, en nous renvoyant à nos origines. La trouvaille a été effectuée dans le cadre d'une campagne d'archéologie préventive.

Le squelette, qui fournira une datation.

Crédits: INRAP, 2019.

C'est plutôt rassurant. Hier soir, une petite nouvelle archéologique devenait la seconde information la plus lue sur le site du «Monde». Une chose inhabituelle dans un pays où les nouvelles patrimoniales font rarement la Une, sauf bien sûr quand il s'est agi de Notre-Dame. Or donc, des archéologues ont mis au jour, entre Issoire et Clermont-Ferrand, en Auvergne profonde, une série de mégalithes. Une trentaine au total, mais il pourrait y en avoir bien davantage. La fouille a en effet eu lieu dans le cadre d'un sauvetage. Avec ses limites. Elle a été assurée par l'INRAP, soit, dans un langage plus chrétien, l'Institut national de recherches archéologiques préventives..

Contrairement à Carnac, dont le nom se voit bien sûr invoqué dans le texte de l'Agence France Presse, les pierres n'étaient pas visibles à Veyre-Menton. Elles ont été très anciennement abattues, mutilées, puis recouvertes de terre, «afin de les faire disparaître du paysage». L'un de ces blocs est une statue grossière, représentant une femme «avec de petits seins». Les archéologues ont aussi trouvé la sépulture d'un homme «de grande taille». Son squelette était enseveli dans une fosse longue de quatorze mètres et large de six et demi.

Une volonté d'effacement

Là aussi, il y a eu, à un certain moment, une volonté d'effacement. Le tertre s'est vu arasé. Pourquoi ces mutilations? Y a-t-il eu, à un certain moment, un changement dans les croyances? Difficile ici, me semble-t-il de sortir des simples conjonctures... L'élimination de monuments à une époque très ancienne n'est cependant pas inédite. Le monde s'était ainsi intéressé, en septembre 2015, à la découverte fortement médiatisée, à trois kilomètres de Stonehenge en Angleterre, d'une impressionnante série de pierres à Durrington Walls. Certains des monolithe manquants auraient pu contribuer à l'édification, du coup postérieure, du cercle de Stonehenge.

Pour l'instant, une datation de la trouvaille auvergnate reste difficile. Les os finiront cependant par parler. Les monolithes et la tombe se situent en tout cas entre le néolithique et l'âge du bronze.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."