Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Découverte d'un immense cercle préhistorique autour des mégalithes de Stonehenge

Les fosses forment un rond de deux kilomètres de diamètre. La mise au jour de cet ensemble vieux de 4500 ans est saluée comme un événements pas les archéologues.

Le site de Stonehenge.

Crédits: Adrian Dennis, AFP.

Il y a du nouveau à Stonehenge. Entendons-nous! Menacé il y a peu dans ses substructures par la construction d’une route souterraine supposée dégager le site archéologique, ce dernier reste bien vieux de 4500 ans environ. Nous demeurons du coup dans la préhistoire. Mais il y a un petit changement. Pour tout dire, la dernière découverte en date se situe à environ trois kilomètres du célèbre cercle de mégalithes. Nous sommes près de Durrington Walls et de Woodhenge, qui constituent deux ensembles moins connus. Mais, comme pour les Pyramides en Egypte, Stonehenge reste un mot magique. Il fait rêver, ce qui n’est pas le cas de Woodhenge… Alors on amalgame.

Or donc des chercheurs ont découvert une structure plurimillénaire formée d’excavations profondes. Elles se développent pour créer un cercle de plus de deux kilomètres de diamètre autour des deux sites dont je vous parlais. La construction aurait marqué, selon les archéologues de l’université de Saint Andrew, les limites d’une zone sacrée du néolithique. Si la chose ne serait pas unique, la taille de cette aire oui. Il s’agit d’un travail énorme. Colossal. Pour Richard Bates, de l’école des sciences environnementales de l’alma mater écossaise, «cette découverte nous donne un aperçu du passé qui montre une société encore plus complexe que nous ne pouvions jamais l’imaginer.»

En harmonie avec le monde

Un tel chantier suppose bien sûr une économie pouvant utiliser des forces de travail considérables pour des dépenses cultuelles de prestige. «Des pratiques aussi sophistiquées démontrent cependant aussi que les gens étaient en harmonie avec les éléments naturels dans une mesure telle que nous pouvons à peine le concevoir aujourd'hui dans le monde moderne», a précisé le scientifique. Nick Snashall, archéologue au Stonehenge et Avebury World Heritage a qualifié pour les agences de presse la trouvaille de stupéfiante. «Elle nous offre une nouvelle vision sur la vie et les croyances de nos ancêtres du néolithique.»

Notez que l’annonce de la découverte est intervenue juste après le solstice d’été, qui voit ordinairement curieux et disciples du «new age» converger par milliers vers Stonehenge. Ce petit monde s’est vu tenu à l’écart en 2020 pour cause de pandémie. La cérémonie s’est déroulée sur Internet, ce qui offre quelques chose de contradictoire avec une fête si primitive.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."