Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

De retour, André Kasper expose ses nouvelles toiles à la Villa Dutoit du Petit- Saconnex

Le cadre convient aux paysages, aux nus ou aux "salles d'attente" d'un artiste qui tourne le dos aux expérimentations contemporaines pour se couler dans la tradition.

"Lit de rivière au cabinet d'amateur", 2015.

Crédits: Andre Kasper.

C’est le grand retour. Aujourd’hui installé en Bourgogne, tout en conservant son atelier dans la Vieille Ville genevoise, André Kasper se retrouve à la Villa Dutoit du Petit-Saconnex jusqu’au 4 octobre. Il a bien travaillé. Son exposition actuelle comprend soixante-deux toiles exécutées depuis 2013. Les plus anciennes du lot se sont souvent vues reprises et modifiées. L’artiste éprouvait un sentiment d’insatisfaction face à certaines d’entre elles. Il y a donc eu retouches. La matière est du coup devenue plus moelleuse. La lumière m’a parue plus dorée. Le dessin s’est fondu dans la couleur.

"Salle d'attente au miroir", 2013. Photo André Kasper.

Pour le reste, l’inspiration reste sensiblement la même que depuis quelques décennies. Le public retrouvera ici les grands thèmes ayant parcouru l’oeuvre d’André Kasper, vu pour la dernière fois il y a quelques années à Genève dans des caves (mais pas n’importe lesquelles!) du 2, rue des Granges. Il y a l’univers chaleureux des ruines romaines, qui s’insèrent comme elles peuvent dans notre temps. La transparence argentine des eaux. Les paysages que peut à l’occasion traverser un orage. Et bien sûr encore quelques «salles d’attente»! Ce sont en effet là ses principaux tableaux de figure, avec quelques nus un peu érotiques.

Passé-présent

L’ensemble rend bien à la Villa Dutoit, même s’il faut toute l’adresse des photographes pour faire croire que cette maison néo-classique, jadis campagnarde, se situe encore dans un grand parc, alors qu’elle donne en plein sur d’atroces immeubles de banlieue. Les peintures conviennent aux murs anciens des salons du rez-de-chaussée comme de l’étage et de l’entresol. Il y a en elles un côté passé-présent qui détonne dans l’actuel champ culturel genevois.

"Le Malévich dans le gros temps", 2018. photo André Kasper.

Et pourquoi donc? Parce qu’André Kasper, homme de technique et de tradition, n’appartient pas au petit monde des créateurs contemporains. Quand l’énorme livre «Artistes à Genève» a paru aux éditions Notari en 2010, il ne figurait du reste symptomatiquement pas dans la liste. Rien de conceptuel chez lui. Aucun lien avec les écoles d’art. Pas de réseau formé avec des curateurs et des institutions, où tout se fait par cooptations. Le public retrouve ainsi le peintre dans des lieux éloignés des Centres et des galeries. C’est un franc-tireur, dont la franchise fait du reste partie des qualités. Avec André, pas de langue de bois. D’où de longues amitiés, avec des collectionneurs eux aussi périphériques.

Un peu marginal

L’exposition se tient bien. Elle possède sa cohérence. Ses ambitions. Il ne lui reste plus qu’à trouver son public, très sollicité en ce mois de rentrée automnale. La Villa Dutoit, en dépit de ses nombreuses activités, reste un lieu un peu marginal. Comme André l’est aussi...

Pratique

«André Kasper, Tableaux récents», Villa Dutoit, 5, chemin Gilbert-Troillet, Petit-Saconnex, jusqu’au 4 octobre. Tél. 022 733 05 75, site www.villadutoit.ch Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 18h. L’artiste est présent les samedis et dimanches.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."