Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Coronavirus. La Biennale d'architecture de Venise reste dans l'expectative

La conférence de presse est annulée. Une décision doit être prise prochainement . Que faut-il faire avec une manifestation qui commençait naguère début septembre?

Hashim Sarkis (à gauche) et Paolo Baratta. C'était l'été dernier.

Crédits: Biennale de Venise

C’est l’onde de choc. J’avais reçu l’invitation, sans intention d’y aller pour autant. C’est tout de même loin pour quelques aimables propos. La Biennale d’architecture de Venise devait tenir sa conférence de presse… à Paris le 4 mars. Le couperet est tombé mardi 25 février. La présentation publique n’aura pas lieu. Elle se verra remplacée par un échange virtuel. Les dirigeants ne pourraient pas faire le voyage sans subir quelque part une quarantaine. Le coronavirus est bien sûr en cause. Vous savez bien sûr de quoi il retourne, même si nul n’ose dire que l’épidémie bien réelle se double d’une psychose quasi médiévale. La santé publique d’un côté. Le «péril jaune» de l’autre. Plus l’inflation des médias, qui se désolent de la panique tout en la provoquant… Plus une bonne dose de "collapsionnisme", cette maladie à la mode, bien sûr!

La Biennale aura-t-elle du coup lieu? Son ouverture est prévue pour le 23 mai. En principe, les pavillons nationaux entrent en chantier à la mi-avril. On va vite à Venise. Mais il aura pour cela avoir fait des repérages auparavant. Des visites sur place faites par des gens venus de l’étranger. Rien n’est bien sûr perdu. Il est toujours possible de retarder l’ouverture de cette 17e édition,menée par l’Américano-libanais Hashim Sarkis sur le thème de«How Will We Live Together». Je rappelle du reste qu’avant son essor, traduit par un réel succès public, la manifestation commençait naguère début septembre pour se terminer fin novembre. Et à mon avis trois mois suffisent.

Changement de tête

On pourrait aussi voir les choses autrement. Il est également possible de faire l’économie de quelques pavillons nationaux, voire de leur totalité. Après tout, Sarkis ne gère que la Biennale elle-même, d’essence italienne. Elle se tient à l’Arsenale et dans le grand bâtiment, édifié en 1895 et souvent transformé depuis, se trouvant dans les Giardini. Une première décision devrait se voir prise le 1er mars. Devrait…

Roberto Cicutto. L'homme nouveau. Photo DR.

Ce qui complique les choses, c’est que la Biennale vient de changer de président. Jeudi 27 février Paolo Baratta, revenu au pouvoir en 2008 après une courte éclipse, a rendu son tablier. Son successeur prend sa relève depuis aujourd’hui 28 février. Il s’agit de Roberto Cicutto, nommé le 26 janvier dernier, qui s’occupait jusqu’ici de l’Istituto Luce de Cinecittà. Oui, les fameux studios de cinéma! La chose n’a après tout rien d’absurde. Cet homme de 71 ans commencera donc par devoir régler en collaboration avec les autorités le plus gros problème «technique» qu’ait connu la Biennale depuis des décennies. Pour tout dire depuis qu’il a fallu annuler celles des beaux-arts de 1944 et de 1946.

Cela dit, Venise a tout de même une bonne nouvelle à annoncer. Du moins en principe. La fameuse digue Moïse, dont on parle depuis des âges, serait enfin opérationnelle en 2021. Mais là, il faut vraiment la foi du peuple hébreux pour y croire.

Pratique

Site www.labiennale.org

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."