Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Consternation. La Grande-Bretagne rouvrira au mieux ses musées à partir du 17 mai

Ces établissements ont été considérés comme des équivalents des théâtres et des cinémas. Les bibliothèques se sont vues traitées plus favorablement.

Au British Museum. On n'est pas prêt de revoir cela...

Crédits: Britishcouncil

La nouvelle, que j’ai lue dans «The Art Newspaper», a déjà quelques jours. Mais elle pouvait attendre, comme le font depuis des mois les amateurs d’art. Ce n’est que le 17 mai que les musées britanniques pourront recommencer à ouvrir. Pas tous en même temps. Ne soyons pas fous! Le premier ministre Boris Johnson prévoit néanmoins que, si tout va bien, le pays sera en la matière revenu à la normale le 21 juin.

Il faut dire que, selon un schéma très administratif (et donc très compliqué), les entités anglaises ont été réparties en quatre. Un peu comme on coupe les cheveux en quatre. Il y aura donc une première phase de relâchement assez proche, le 8 mars. En tenant compte des circonstances, bien sûr. Lundi prochain, les écoles primaires et secondaires devraient revenir au «présentiel». Un café pris dehors, ou même un petit pique-nique se verrait autorisé. Espérons que la nouvelle reste encore valable et qu’il ne pleuvra pas trop…

Les galeries un mois avant

Dans une seconde phase, des commerces «non-essentiels» comme les galeries d’art retrouveraient leur activité. Il devient du coup possible d’imaginer quelques terrasses de restaurant. Ce serait le 12 avril. Le même jour rouvriraient les collèges et universités. Les bibliothèques aussi, apparemment. Mais pas les musées. Ces derniers, contrairement à ce qui se passe en Suisse, se sont vus considérés comme des «indoor entertainment venues» même s’il est permis de se demander, ainsi que le font leurs directions, ce qui les distingue vraiment des «libraries». Mais il semble que ces inclassables se rapprochent davantage pour le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté des théâtres et des cinémas. Allez y comprendre quelque chose! Les restaurants suivaient en juin.

Evidemment, la chose met encore plus en péril les musées, en principe privés et subventionnés. Ils craignent de devoir procéder à des nouvelles charrettes. Il y a en déjà eu beaucoup, alors qu’avoir un contrat dans un tel établissement en Suisse tient de la rente à vie. En 2020, tous ont déjà fermé de juin à novembre. Quelques-uns seulement d’entre eux ont connu un nouveau en décembre. Depuis le 30 décembre, c’est terminé.

La France bouclée depuis quatre mois

Et en France? Eh bien nous arrivons en ce jeudi 4 mars au 126e jour de fermeture. Que les scientifiques allemands aient démontré qu’on risquait bien moins dans un musée qu’au restaurant (et bien entendu que dans le métro ou en famille) ne joue aucun rôle. Du reste les institutions germaniques restent elles aussi closes. Nous nous rapprochons du coup dangereusement d’un dogme. Ou plutôt d’un principe moral. Les lieux de divertissement peuvent-ils rester ouverts quand il y a des gens qui sont malades et que (quelques-uns) meurent? Bonne question ou fausse question? Vous connaissez ma réponse.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."