Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Christie's vendra en mars la collection d'art contemporain de George Michael

Le chanteur avait beaucoup acheté de noms célèbres, en général britanniques. Il y aura une grande soirée à Londres. Le reste se verra proposé sur le Net. Les estimations se veulent basses.

George Michael lors d'un ses derniers concerts.

Crédits: Leon Neal, AFP

Cela devait arriver. La collection de George Michael va passer sous le marteau. Celui de Christie's, bien sûr! Selon une technique désormais éprouvée, elle se verra divisée en deux. Une soirée londonienne réunira les amateurs à King's Street le 14 mars. L'autre moitié des tableaux et sculptures sera proposé en ligne du 8 au 15 mars. Tout reste paradoxalement plus lent avec le virtuel. Pour avoir feuilleté avec mas souris le catalogue sur mon écran, je peux vous dire qu'il y a les mêmes artistes des deux côtés. Il ne s'agit pas ici de se débarrasser du menu fretin.

«J'ai créé un homme que le monde pourrait aimer s'il le voulait. Quelqu'un qui puisse réaliser mes rêves et faire de moi une vedette. Je l'ai appelé George Michael.» Ces mots, qui ouvrent le catalogue, le placent sous le signe de la grandiloquence. Ce gros volume doit bien faire comprendre aux éventuels acquéreurs qu'il achètent un peu de George Michael, mort le jour de Noël 2016 à 53 ans, en même temps que telle ou telle œuvre d'art contemporain. Ce véritable livre se voit en plus divisé en chapitres. Ils racontent l'ascension de l'ex-Georgios Kyriacos Panayiotou, puis les différentes phases d'une carrière ayant a connu ses hauts et ses bas. L'homme n'en a pas moins vendu 100 millions de disques. Quant à son héritage, que se disputent toujours ses deux sœurs et son ultime compagnon Fadi Fawaz, il se monterait à 108 millions de livres.

Damien Hirst avant tout

Qu'y a-t-il au fait dans ce catalogue entre deux portraits photographiques de George Michael sur scène et à la ville? De l'art contemporain, comme je l'ai dit. Un choix avant tout britannique, avec une focalisation sur certains noms célèbres. Il y a ainsi là de nombreux Damien Hirst, des Tracy Enim, un tableau de Bridget Riley, du Gilbert & George, du Chris Ofili ou du Richard Long. George Michael possédait aussi du Dinos & Jake Chapman, un étonnant Warhol de jeunesse (avec une petite fille au cerf-volant), du Rebecca Warren, du Wolfgang Tillmans, du Michel Craig (1), du Cecily Brown, du Darren Almond ou du Mat Collishaw. Un ensemble finalement assez convenu, même si Christie's vend «le musicien, le rebelle, l’icône, l'artiste et le collectionneur.» J'ai remarqué que les estimations se voulaient incitatives. Voire même basses. Il s'agit d'appâter autant les «fans» que les amateurs d'art. La vente devrait rapporter bien davantage que ce qui se voit officiellement prévu.

L'un des Damien Hirst de la vente. Photo Damien Hirst, Christie's, Londres 2019.

Le chanteur n'est bien sûr pas la première personne du «show business» à collectionner. C'était le cas de Freddy Mercury, un acheteur boulimique, ou de Sir Elton John, qui a plusieurs fois déstocké aux enchères. Ces musiciens reprennent la grande tradition de Hollywood, qui a connu de vrais musées, surtout chez les producteurs. Le salon des Goetz pouvait rivaliser en impressionnistes et en modernes avec le «Met» de New York. Chez les acteurs, les deux plus grands noms restent Edward G. Robinson, le gangster de la Warner Bros, qui avait réuni un prodigieux ensemble moderne vendu par force, lors de son divorce, à l'armateur Niarchos. L'autre était Vincent Price, qui a même écrit un livre sur Delacroix en 1966. Ses goûts raffinés ont fait de lui un parfait méchant du cinéma. Selon les schémas Hollywood, il faut toujours se méfier des gens trop cultivés!

(1) L'une de ses toiles achetées par George Michael représente l'urinoir de Marcel Duchamp. Un rappel de la mésaventure du chanteur, surpris par la police dans des toilettes publiques de Beverly Hills en galante compagnie?

Pratique

Pour en savoir plus sur les ventes Georges Michael, www.christies.com

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."