Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Centre d'art contemporain, Emergency met la clef sous le paillasson a Vevey

La céramiste Anna Schlaeppi est la dernière d'une longue liste d'exposants depuis 2016. L'équipe du collectif a d'autres projets pour ces prochains mois. Rien n'est fini!

Une céramique d'Anna Schlaeppi, la dernière personne exposée.

Crédits: DR

On se dit souvent, ces temps, que c’est la dernière qui sonne. Je l’ai pensé au vernissage de la rétrospective Marguerite Burnat-Provins au Musée Jenisch de Vevey, le 27 octobre. J’ai eu cette impression en traversant le «Week-end des galeries genevoises» d’art contemporain, les 31 octobre et 1er novembre aux Bains et à Carouge. L’ouverture de la grande exposition «L’Orient de Rembrandt» m’est apparue quelque peu plombée le 31 octobre au Kunstmuseum de Bâle. Aussi me suis-je demandé ce qui allait se passer le 2 novembre à Vevey, où le centre d’art Emergency devait inaugurer en début de soirée son ultime présentation publique. L’actuelle pandémie n’avait cependant aucun rapport avec cette extinction des feux. Il était de longue date prévu qu’Emergency quitterait fin 2020 le 20, rue Byronne, où l’association se trouvait depuis 2016. Un ancien garage, loué bon marché, dont reste sur l’arrière une pompe à essence.

C’est Anna Schlaeppi, une céramiste nyonnaise de 32 ans, qui termine cinq ans de parcours curatorial sans faute. L’artiste propose des sculptures reposant sur des galettes de terre cuite. Il est permis de penser à des assiettes. Il s’agit en fait, retournée, de la couche de matière se trouvant au haut du tour. La garniture, pour reprendre la métaphore alimentaire, se voit produite à part. C’est léger et imaginatif. Une installation de la même Anna Schlaeppi complète en sous-sol le parcours. Il aurait dû y avoir ensuite là un marché culturel. Il se fera en ligne les 5 et 6 décembre. Et tout sera terminé, du moins ici!

Au départ, une association

Pour la minuscule équipe d’Emergency, dont je connais surtout Nicolas Christol (l'autre personne se nomme Mélane Baumgartner), il s’agit à la fois la d’une continuation, d’une fin et d’un début. Tout a commencé en 2006 avec la fondation du collectif Einzweidrei. Au départ itinérant, ce dernier a commencé par monter, environ une fois tous les deux ans, une manifestation d’envergure. Il s’en est tenu à l’ancien Café des Mouettes comme dans l’ancienne prison. A «Hypocrite» a ainsi succédé «Bang Bang Stories», «Rêve d’escabeau» ou «Apocalypse 2012». La politique du groupuscule a toujours été de mêler créateurs d’ici et d’ailleurs. Noms connus et inconnus. On a ainsi vu grâce à ses membres Ai Weiwei comme Erwin Wurm, Gianni Motti ou Julius von Bismarck. Jonathan Monk a même créé et produit une pièce spécialement pour Einzweidrei.

L'exposition d'Alain Declercq en 2016. Photo DR.

Que va-t-il se passer maintenant? Eh bien l’association va se retrouver à l’ancienne prison, où elle compte ouvrir un atelier! Celui-ci sera voué à la bijouterie, la passion de Nicolas Christol. Il y aura quatre fois pas ans de courtes expositions. Quelques jours à peine. Le tout sous une nouvelle étiquette. Ce sera celle de Borax. Une appellation rappelant le produit toxique permettant de souder en joaillerie. On verra bien.

Précédent veveysan

Si l’aventure d’Einzweidrei perdure, il est ici permis de rappeler que Vevey a connu, entre 1987 et 1991, celle de M/2. Un collectif logé dans un appartement. Se retrouvaient là des noms ayant marqué depuis la scène romande, d’Alain Huck à Jean Crotti en passant par Jean-Luc Manz et Robert Ireland. Dans des chambres de la rue du Marché, M/2 ont également été présentés nombre d’artistes. Mais ça, c’est déjà de l’histoire (presque) ancienne.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."