Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Cédric Vionnet expose ses pièces en néon à Lausanne

Le Genevois d'adoption crée une douzaine d'oeuvres par an en dehors de son travail. Il s'agit d'un art tenant de la sculpture et de l'alchimie. Il faut jongler avec les gaz rares. A découvrir jusqu'au 21 mars.

Un hommage aux papiers découpés de Matisse. A voir de nuit!

Crédits: Cédric Vionnet, Photo DR

C'était un jeudi soir, lors de vernissages communs aux Bains genevois. Je sortais d'une galerie présentant de manière un peu prétentieuse des sculptures pourvues de néons. Je me suis engagé dans la rue des Vieux-Grenadiers. Et qu'est-ce que je vois là, dans l'artère abritant Skopia ou Joy de Rouvre? D'autres œuvres en néon dans le bel immeuble 1900 en pierres de taille et briques offrant encore les inscription «Salle de gymnastique» et «Fanfare municipale de Plainpalais»? Plus pimpants ceux-ci, avec leurs lettrages inattendus! Cédric Vionnet avait encore fait des siennes. J'avais déjà vu de ses pièces multicolores lors d'une édition précédente.

Cédric expose aujourd'hui à Lausanne. Oh, ce n'est pas en ville même! Il se retrouve au campus de l'Université, à Dorigny. UNIL. Un concours de circonstances. Etudiante en études muséales, Chloé Cordonier (eh oui, avec un seul «n»!) met un point final à son mémoire sur le néon dans l'art. Il existe dans le bâtiment labyrinthique d'Anthropole une association nommée Le Cabanon. Celle ici propose trois ou quatre expositions par an, dans un espace qui lui est dévolu près de la cafétéria. Pourquoi ne pas laisser de la place à Cédric, dont les réalisations préfèrent la nuit précoce de l'hiver aux longues journées de l'été? Le Genevois d'adoption s'y retrouve donc jusqu'au 21 mars. Une occasion de faire plus ample connaissance.

D'abord un peu de biographie.
Je suis né en 1978. A Montreux. Mon père peignait des publicités. Ma mère restait à la maison. Je me situais en famille entre un frère et une sœur. Je venais au milieu. J'ai toujours été fasciné par les manifestations artistiques. Pas question pour autant d'en faire un sujet d'études. Il fallait me trouver un apprentissage. J'ai pensé que je pouvais devenir souffleur néoniste. Quatre ans à Lausanne, puis un CAP, passé à Paris.

Cédric Vionnet. portrait tiré de son site.

Quelle est la différence entre souffleur néoniste et souffleur tout court?
Fondamentalement aucune. La technique de base reste identique. Il y a des variantes, la version noble restant pour moi le travail des gens travaillant à Murano. Il existe ainsi également ceux qui se spécialisent dans les instruments de laboratoire. Ils travaillent pour l'EPFL ou les pharmaceutiques. Les choses se révèlent un peu interchangeables. Il arrive que l'on se transmette les petits boulots en cas de demandes urgentes. Cela dit, c'est un métier en péril.

Et le néon?
Il s'agit d'une invention française remontant à 1910. Tout se base sur l'usage de gaz rares. Il en existe cinq ou six. Chacun d'eux donne une couleur précise. Le néon lui-même propose le rouge. Le xénon le bleu. L'hélium un blanc-rose. Le vert n'existe pas tel quel. Il faut le créer. Les gaz circulent dans des tubes de verre, qu'il est possible de teinter. La matière utilisée demeure en gros la même qu'à Murano. Il y a cependant aussi les phosphates, qui vont réagir à la tension électrique. Pour ce qui est de mes œuvres, je fabrique tout. Une sorte d'alchimie. Il me faut créer les formes, puis installer les fameux gaz.

Il s'agit pour vous d'un moyen d'expression.
Pour moi-même ou pour les autres. J'aime bien travailler en collaboration, à condition naturellement de me sentir des affinités avec l'autre personne. J'ai ainsi réalisé les quatre premières enseignes apposées sur le toit des immeubles de la plaine de Plainpalais, dont celle de Sylvie Fleury. Il y aurait beaucoup à faire avec le néon dans l'art contemporain. Curieusement, les artistes pop n'y ont pas eu recours, alors qu'ils reprenaient les icônes de la vie quotidienne. Le néon reste plutôt associé au minimal. Pensez à Dan Flavin! Je me sens très tenté par le néon tag. Il reprend et complète un motif créé par un tagueur. Celui que vous pouvez voir ici a été conçu avec Jimox. D'une manière générale, j'ai envie de faire des choses qui n'ont pas encore été tentées. Le but, c'est tout de même d'innover.

"Zèbre". une pièce très compliquée à réaliser sur le plan technique. Photo tirée du site de Cédric Vionnet.

Vivez-vous de votre art?
Bien sûr que non! Je suis chef de secteur au Service des Ecoles. Les bâtiment où vous m'avez vu à Genève dépend de lui. L'avantage, c'est qu'il se trouve juste en face du Mamco, où il m'est arrivé de restaurer certaines pièces de Maurizio Nannucci. Je produis environ douze œuvres par an, mais il s'agit là d'un à-côté. J'en vends environ la moitié. Ce n'est pas vraiment le but, même s'il me semble gratifiant de trouver un acquéreur. Le problème du néon, qui fait hésiter les amateurs, c'est le prix exorbitant de l'installation sur place. A Genève, il faut se situer dans les normes. Cela dit, j'ai aujourd'hui la commande de deux cèdres géants pour éclairer le hall d'un bâtiment classé.

Une telle œuvre est-elle durable?
Oui. Je garantis ma production à vie. Du moins durant la mienne. Mais il faut que tout ait été réalisé avec soins. Selon les règles.

Des projets?
Toujours! J'aimerais travailler avec d'autres graffeurs. Selon mes idées aussi. Le tout dans un temps qui demeure compté. N'oubliez pas qu'il s'agit là d'un hobby! La chose n'offre pas que des désavantages, du reste. J'ai la sécurité et je ne suis pas obligé d'accepter n'importe quoi. Cela dit j'aimerais bien bénéficier d'autres expositions comme celle-ci.

Pratique

«Cédric Vionnet, Néon Pop», Le Cabanon, Anthropole. UNIL, Lausanne, jusqu'au 21 mars. Site www.lecabanon-unil.ch Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 19h, le samedi de 10h à 17h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."