Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Carole Talon-Hugon raconte "L'art sous contrôle" dans un livre sur la censure

L'ordre moral est de retour sous ds prétextes féministes, de race, de minorités opprimées ou d'inégalités. Voici le point sur la situation en France.

L'une des sculptures qui avaient choqué à Bordeaux dans "Présumés innocents" en 2000.

Crédits: DR, Archives David Thierry

Je parle, une case plus haut dans le déroulé de cette chronique, de «White» de Bret Easton Ellis. Un gros ouvrage dénonçant les nouvelles censures aux Etats-Unis, où son auteur s'est fait connaître par le désormais classique roman «American Psycho» en 1991 (1). Pour les lecteurs à la recherche d'un ouvrage moins touffu, dont l'épicentre se situerait en France, je peux signaler «L'art sous contrôle» de Carole Talon-Hugon. Un texte d'universitaire sans jargon. L'auteur(e) y raconte très simplement un certain nombre d'affaires ayant beaucoup agité les réseau sociaux, et donc les médias, ces dernières années avant de soulever les bonnes questions.

Carole y dresse, pour reprendre les mots de son éditeur, «un nouvel agenda social». A l'heure du féminisme, de la décolonisation, du respect des minorités (qui en profitent pour devenir dictatoriales) et des inégalités, que peut-on encore dire et ne pas dire? Existe-t-il vraiment une «censure éthique», ou n'y a-t-il pas tout bêtement une bonne vieille censure profitant de l'occasion pour se manifester à coups de demandes d'interdictions ou de propositions de boycott? On sait que la France bruisse de ce genre d'affaire depuis 2000, date à laquelle l'association La Mouette a demandé la mise en accusation judiciaire des auteurs de l'exposition «Présumés innocents» du CAPC de Bordeaux. L'affaire s'est bien terminée par un non-lieu, mais au bout de onze ans. Qui a désormais envie de soutenir un combat aussi long?

Si vous aimez Balthus et Woody Allen (rejetés par certaines de ses interprète comme Marion Cotillard, qui ferait mieux de renier nombre de navets auxquels elle a participé), si vous restez fidèle à Roman Polanski, jetez un œil à cette petite plaquette sans prétentions. Et notez bien qu'elle a reçu un aval académique, puisqu'elle paraît aux Presses Universitaires de France, ou PUF.

(1) «American Psycho» est devenu une comédie musicale en 2006. Tout peut s'aseptiser.

Pratique

«L'art sous contrôle», de Carole Talon-Hugon, Edité par le PUF, 144 pages.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."