Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Candice Nedelec raconte dans un livre "Le roman vrai de la Vénus de Milo"

L'ouvrage part de la découverte de la découverte de la statue en 1820 pour arriver à l'icône d'aujourd'hui. L'auteure a la fabulation généreuse.

La Vénus de Milo.

Crédits: RMN, Paris 2021.

Tout commence par une découverte fortuite. Un paysan de l’île de Milo, Yorgos Kentrôtas, sort un marbre fragmentaire du sol. La statue reste alors en deux morceaux. Nous sommes en 1820. La Grèce se trouve encore pour quelques années sous le joug ottoman. Elle ne recouvrira du reste son territoire actuel qu’en 1913 avec la récupération de la Crète. Un marin français assiste à la trouvaille de Yorgos. Son idée est immédiatement que cette «Vénus» se voit achetée par la France, où règne Louis XVIII. Mais il faut l’accord de Constantinople et les enchères montent vite. L’exhumation n’a pas passé inaperçue. Et plusieurs pays se disputent alors les antiquités pour alimenter leurs nouveaux musées, de la Prusse à l’Angleterre.

Bientôt appuyée par diverses autorités, la volonté d’Olivier Voutier triomphe. Après de mois de palabres, puis de voyage, la statue mutilée (faut-il au fait qu’une sculpteur moderne la complète?) finit au Louvre, que dirige le comte Auguste de Forbin. Un homme qui est aussi peintre. Finalement laissée presque en l’état, l’œuvre connaît vite la gloire dans un musée qui a majoritairement dû rendre les rapines napoléoniennes en 1815. Dès 1822, Jean-Baptiste Mauzaisse la fait figurer dans le grand plafond qu’il exécute dans une nouvelle salle: «Le Temps montrant les ruines qu'il amène, et les chefs-d’œuvre qu'il laisse ensuite découvrir». C’est la première utilisation de la sculpture, qui séduira par la suite Dali ou Yves Klein.

Une vie plutôt calme

Journaliste à «Gala», dont elle dirige le service politique (si, si!), Candice Nedelec a entrepris de raconter dans un livre «Le romain vrai de la Vénus de Milo», Elle part donc de 1820 pour terminer aujourd’hui. Il y a au passage les incendies de la Commune et les évacuations forcées de 1914 et 1939. La statue s’en est toujours bien tirée. Elle a même supporté son voyage au Japon imposé par un André Malraux ministre de la Culture. Il ne lui est donc en fait rien arrivé de bien grave, ou de bien marquant. L’œuvre n’avait pas eu besoin de cela pour accéder à la célébrité. Elle fait aujourd’hui partie du circuit obligatoire du Louvre, même si «La victoire de Samothrace», entrée dans les collections en 1864, peut sembler mieux placée en haut de son escalier.

Le plafond de Jean-Baptiste Mauzaisse. Photo RMN, Paris 2021.

Si le roman se veut «vrai», Candice Nedelec a beaucoup arrangé cette vérité. Les personnages pensent. Ils ont des gestes précis. Ils accomplissent d’invérifiables actions annexes. Page 76, «les deux compères décident de prolonger leur échange. Ils s’installent aux Frères provençaux dans la galerie du Palais-Royal et commandent un brochet sauce aux câpres, la spécialité du restaurant.» Voilà qui sent le roman-roman. Ou plutôt l’histoire, telle qu’elle s’écrivait jadis à la destination du grand public, avec des phrases toutes faites. Candice Nedelec en a -t-elle remis autant lorsqu’elle a raconté dans d’autres livres «Sarkozy et les femmes», «Bernadette et Jacques» ou «Les Macron»? Une littérature typiquement française, dirais-je au passage... Imaginerait-on un éditeur suisse sortant «Alain Berset et les femmes» ou «Les Maurer»?

Pratique

«Le roman vrai Vénus de Milo», de Candice Nedelec, aux Editions Fayard, 251 pages.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."