Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Avec Stéphanie Guex, le Cabinet des Estampes de Vevey retrouve une directrice

L'institution cantonale abritée au Musée Jenisch fonctionnait sans responsable depuis 2017. Cet ensemble gigogne de fondations possède un lieu permanent d'expositions.

Stéphanie Guex. Un retour à la case départ.

Crédits: Photo fournie par le Musée jenisch, Vevey 2020.

Je vous l’avais déjà dis il y a quelque temps. Je confirme. Le Musée Jenisch vient d’envoyer le communiqué. Stéphanie Guex a été nommée à la mi-juin conservatrice du Cabinet cantonal des estampes, abrité à Vevey dans une institution vouée essentiellement au papier (photo exclue). Le comité présidant au choix l’a désignée à l’unanimité. Notez que la chose ne garantit pas tout. Marc-Olivier Wahler aurait bien lui aussi été désigné de la sorte comme nouveau directeur du MAH genevois l’année dernière…

A 45 ans, Stéphanie opère ainsi un retour à la case départ. Après des études d’histoire de l’art à Lausanne, où elle s’était spécialisée dans l’estampe et l’art suisse des XIXe et XXe siècles, la jeune femme avait fait ses débuts au Cabinet de Musée Jensich. Elle l’avait ensuite quitté pour prendre la tête du Musée des beaux-arts du Locle. Une décision périlleuse. Le bâtiment de la rue Marie-Anne Calame était alors à restructurer. Il n’avait pas pris la fière allure qu’il possède aujourd’hui. La nouvelle-venue a tenu le coup huit ans. Elle est ensuite repartie pour Lausanne, où elle s’est lancée dans l’aventure de La Ferme des Tilleuls.

Aux Tilleuls

De quoi s’agit-il là? D’un centre culturel (un de plus!) situé au 52, rue de Lausanne. Il y a là cinq espaces, dans une zone préservée. Il faut dire que la Ferme ne se contente pas des arts plastiques, avec des artistes en résidence. S’organisent aussi ici des concerts, des projections, des lectures. Il y a même un peu de gastronomie. Stéphanie Guex a parallèlement travaillé pour l’excellente (et abondante) collection de livres «Le savoir suisse», qui comprend tous les sujets possibles liés à notre pays, qu’ils soient historiques, politiques, économiques ou culturels.

A Vevey, ville politiquement problématique, Stéphanie va retrouver un cabinet resté sans responsable depuis le départ pour le MCB-a de Lausanne en 2017 de Laurence Schmidlin. Il s’agit là d’une collection gérée, entretenue, inventoriée (du moins à ma connaissance) disposant en plus depuis deux ans d’un lieu fixe de bonne taille au premier étage du Musée Jenisch. Le Cabinet des estampes mène sa propre politique d’expositions, présentant en ce moment Monique Jacot. Avec ses divers fonds (Decker, William Cuendet-Ateliers de Saint-Prex, Musée Alexis-Forel…) totalisant 35 000 pièces, il passe pour l’un des meilleurs de Suisse avec celui du Kunstmuseum de Bâle ou de l’ETH zurichois. Il y a donc de quoi faire!

Equipe au complet

Avec la nomination de Stéphanie Guex, l’équipe directoriale se retrouve enfin au complet, alors qu’il fut un temps où le musée restait sans direction et sans conservateurs attitrés. Après Nathalie Chaix, venue tardivement remplacer Julie Enckell Julliard à la tête, ont en effet été désignées Emmanuelle Neukomm ou Pamella Guerdat. Le fait qu’il n’y ait que des femmes au Musée Jenisch ne constitue pas qu’un signe de changement social (moi je ne dis pas "sociétal"!). Les actuels étudiants en histoire de l’art dans les universités romandes sont quasi tous des étudiantes. Le phénomène n’est pas récent. Il y a une bonne dizaine d’années, j’ai dû expliquer les choix des journalistes en matière d’expositions à traiter. Je me suis retrouvé devant une vingtaine de femmes. Il n’y avait même pas l’homme-potiche. En Pays de Vaud, l’Elysée ou le Mudac sont ainsi depuis longtemps tombés en quenouille, puisque l’expression voulait dire au départ sans valeur de jugement: «hérité par une femme».

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."