Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Autographe ou pas? Bataille autour d'un Léonard pour le moins fantomatique

On va de révélation en révélation. Un documentaire TV dit non. Un article assure que oui. Mais quel intérêt dans le fond, vu que l'oeuvre est ruinée?

La vente aux enchères chez Christie's en novembre 2017.

Crédits: AFP.

Ce n’est pas reparti pour un, mais pour deux tours. Le mardi 13 avril, France 5 propose la diffusion vespérale d’un film d’Antoine Vitkine portant sur le plus célèbre tableau invisible de la Planète. Le Greta Garbo de l’art ancien. «L’Arlésienne» de Frédéric Mistral, version TV. J’ai cité le «Salvator Mundi» attribué à Léonard de Vinci. Celui-là même qui a été acheté 450 millions de dollars, et qui n’a pourtant pas figuré dans l’exposition consacrée au créateur de «La Joconde» par le Louvre fin 2019. Nul n’a en effet revu cette œuvre, à tous les sens du terme fantomatique, depuis la vente de Christie’s en novembre 2017.

Pourquoi ces deux tours supplémentaires? Le premier parce que le documentaire très documenté (admirez ma répétition!) de Vitkine explique pourquoi le tableau ne saurait provenir de la main de Léonard. Le second à cause d’un article de «La Tribune de l’art». Il démontre qu’au contraire, c’est un vrai Vinci. Après analyses de laboratoire, le Louvre aurait en fait toujours cru à l’autographie de ce sujet religieux. Il aurait même imprimé pour le dire un petit livre. Ce dernier, qui n’existe officiellement pas, se serait vu mis en vente un seul jour. C’est ce qu’on appelle, au propre, un éphémère. Les conditions du prêteur, un prince arabe, auraient paru inacceptables dès le lendemain. A côté de «La Joconde» à l’étage, ou pas du tout! De quoi obstruer le musée à force de public. Le président Macron lui-même aurait dit non. Mieux valait laisser planer le doute sur l'autographie.

Du super Dan Brown

Avouez qu’il y a là de quoi s’amuser. Avec toutes les découvertes supposées «vinciniennes», les médias font du super Dan Brown. Pensez au dessin représentant un «Saint Sébastien», dont nous n’avons par ailleurs plus aucunes nouvelles. Songez à «La belle princesse» dormant sans doute encore au Port Franc de Genève. Il faut à chaque fois du rocambolesque. Le «Salvator Mundi» bat tous les records du genre. Vous mettez ensemble une vente américaine de dernier ordre, un port franc, un entremetteur un peu moins franc, un oligarque russe, un émir du désert (ou du moins une personne s’en approchant), le plus célèbre musée du monde, un lieu de conservation inconnu et maintenant un président de la République. Avouez que cela fait beaucoup. Il ne manque plus que la CIA, les secrets du Vatican, les triades chinoises et les extra-terrestres.

L’avantage de ce brouillard romanesque, c’est qu’il évite de regarder les réalisations elles-mêmes. Parce qu’enfin, soit dit entre nous, le «Saint Sébastien» reste un griffonnage. Si Léonard apparaît comme un génie, cela n’est pas à cause de ça. Trop belle pour être vraie, «La belle princesse» a dû, s’il s’agit bien d’un Léonard, subir par la suite quelques liftings majeurs. L’œuvre actuelle (que je n’ai jamais vue de mes yeux) correspond à l’idéal physique de la fin du XIXe siècle. Quant au «Salvator Mundi» d'Abu Dhabi mieux vaut le contempler (quand c’est possible, bien sûr!) avec les yeux de la foi. Le tableau semble avoir passé malencontreusement à la lessiveuse. Son côté estompé n’a plus rien du fameux «sfumato» léonardesque. Accidents et restaurations ont presque tout effacé. Le chef-d’œuvre n’existe que par les discours contradictoires tenus à son propos. Et ce n’est sans doute pas fini! Dans de telles conditions, quel intérêt la paternité de Léonard garde-t-elle encore? Chut! Autrement c’est la chute.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."