Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ARCHITECTURE/Alejandro Aravena construira un énorme musée au Qatar

Crédits: AFP

Le Qatar, on le sait, affiche de grosses ambitions culturelles. Il acquiert des tableaux hors de prix, des «Joueurs de cartes» de Cézanne et «Eh quand te maries-tu?» de Gauguin. Il édifie surtout des musées à Doha, au même rythme que d'autres implantent des supermarchés. Construits par des stars, of course! Après celui des Arts islamiques, confiés à ce I.M. Pei qui vient d'avoir 100 ans, et le Musée national, offert à l'inévitable Jean Nouvel, voici l'annonce de l'Art Mill Museum. Son architecture, après concours, s'est vue attribuée à Alejandro Aravena. 

Vingt-six vedettes étaient en lice. Après une sélection ramenée à huit noms, le Chilien se trouvait en compétition avec Renzo Piano, Adam Khan ou l'Atelier Bow-Wow. Présidé par la Sheikha Al Maayassa bin Khalifa Al-Thani (on s'appelle ici tous Al-Thani, comme le propriétaire des bijoux indiens qui ont été exposés à Paris après Londres), le jury a donc retenu Aravena et son agence Elemental. C'est paradoxalement la simplicité des vues du Sud-américain qui a séduit la princesse. Elle a aimé «les matériaux humbles qui prendront de la patine avec le temps.»

Réutilisation de silos 

Aravena va faire avec ce qui existe déjà. Il partira des grands silos à blé. Leur géométrie se verra complétée par d'autres bâtiments analogues, afin de créer des cheminées d'aération. L'ensemble sera rafraîchi naturellement. Une véritable révolution pour un pays fou d'air conditionné. Il s'agira pourtant d'une chose immense. Entre 6 et 8 hectares, sans compter les sous-sols et les parkings. Car il y aura tout de même des voitures. 

On se souvient qu'Aravena est l'homme de l'écologie et de la réutilisation. Ses conceptions, qui lui ont valu le Prix Pritzker en 2016, résonnaient l'année dernière dans toute la Biennale d'architecture de Venise, dont cet homme de 49 ans était le talentueux commissaire. Ennemi du verre, de l'acier et du béton, Aravena privilégie les savoirs vernaculaires (ou locaux, si vous préférez). Une manière aussi de contrecarrer l'essor de cette architecture internationale, finalement sans âme, régnant depuis les disciples du Bauhaus. Le Chilien entend réduire les coûts, la consommation énergétique et les complications inutiles. Il favorise au contraire l'artisanal et le remplaçable. Il s'agira cependant cette fois d'artisanat en très grand.

Conditions de travail effroyables 

L'inauguration de l'art Mill Museum est prévue pour novembre 2022. Juste avant la Coupe du monde de football, dont l'attribution au Qatar en 2010 a fait plus que jaser. Je vous renvoie à vos journaux sportif de l'époque. Depuis, ce sont les morts des ouvriers, traités comme des esclaves (1), qui font parler d'eux. Il y en aurait déjà eu 1800... et ce n'est qu'un début. Il y a tant de stades à construire. Quelles sont les conditions sociales sur les chantiers des musées du Qatar? Vraiment meilleures? Et qu'en pense un écologiste convaincu comme Alejandro Aravena? Une question subsidiaire, du coup. Peut-on garder son auréole de saint laïc en travaillant dans certains pays?

(1) 66 heures par semaine avec une température extérieure pouvant monter jusqu'à 50 degrés. 

Photo (AFP): Alejandro Aravena au moment de sa Biennale d'architecture vénitienne de 2016.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."