Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ARCHÉOLOGIE/Une "petite Pompéi" mise à jour dans la Vienne française

Crédits: AFP

Je l'avoue sans ambages. Je ne lis pas assez la presse régionale française. C'est un journal italien qui m'a alerté sur des fouilles en cours à Vienne. Pas la Vienne autrichienne, qui possède par ailleurs un joli patrimoine romain! Non, la Vienne française, célèbre pour son temple d'Auguste et de Livie ou sa pyramide, qui dominait jadis le stade. Je rappelle par ailleurs que le festival de jazz de Vienne se déroule dans un théâtre antique passablement restauré.

La ville s'étendait il y a deux mille ans sur les deux rives du Rhône. Deux berges ne faisant aujourd'hui pas partie du même département. La ville médiévale, avec ses restes romains bien visibles, se trouve dans l'Isère. Les fouilles se déroulent en revanche souvent dans le Rhône, de l'autre côté du fleuve. C'est à Saint-Romain en Gal que se trouve du coup le spectaculaire musée consacré aux découvertes effectuées ici depuis les années 1970. La trouvaille actuelle se situe tout près de là, à Sainte-Colombe. Une équipe dirigée par Benjamin Clément y a découvert «une petite Pompéi». On connaît ce genre de comparaisons flatteuses. Ici, elle se légitime pleinement. Si le quartier exhumé ne mesure que 7000 mètres carrés, il a été abandonné après des incendies successifs. Un départ final assez brusque. C'est ce qui explique l'état de conservation des vestiges.

Une mosaïque avec bacchanales

«Il s'agit d'un site incroyable», assure Benjamin Clément au journaliste de «La Dépêche». Le ministère de la Culture l'a suivi. Les travaux, qui devaient s'achever le 15 septembre, ont été prolongés jusqu'au 15 décembre avec le label «découverte exceptionnelle». Et pour que le Ministère de la culture s'émeuve en matière d'archéologie, il en fait beaucoup! Françoise Nyssen vient de refuser de s'intéresser à une carrière grecque découverte sur un terrain marseillais évidemment très convoité par les spéculateurs (en l'occurence le groupe Vinci). Il faut dire que deux édifices promettent énormément. Une somptueuse demeure entourée de jardins, baptisée Maison des Bacchanales à cause d'une mosaïque un brin coquine, est revenue au jour telle qu'elle se présentait après le feu. Il y a même les restes du mobilier abandonné sur place. Un grand bâtiment au plan atypique, avec une fontaine monumentale ornée d'un Hercule, pourrait constituer la «schola» (école de rhétorique et de philosophie) viennoise, célèbre chez les Anciens.

D'ici décembre, les chercheurs atteindront des couches plus profondes. «Nous allons sans doute encore trouver d'autres choses.» Benjamin Clément s'en déclare persuadé. En attendant, les projets de restauration et de mise en valeur vont bon train. La Maison des Bacchanales, qui date de la seconde moitié du IIe siècle, se verra restituée du sol à la toiture. La mosaïque sera traitée dans l'atelier du Musée de Saint-Romain-en-Gal pour une présentation publique en 2019. Elle semble assez complète.

Et à Arles...

Pendant ce temps, un peu plus bas le long du Rhône, Arles se penche sur les vestiges des fouilles effectuées elles aussi de l'autre côté du fleuve, à Trinquetaille. Un quartier encore presque vierge sur le plan archéologique. On parle ici de «fresques aussi belles que celles de Pompéi». Il y a, comme ça, des références qui tendent à revenir dans les bouches...

Photo (AFP): Les ouvriers s'occupant d'une des mosaïques de Saint-Colombe.

Prochaine chronique le jeudi 9 novembre. Le Palais Galliera montre à Paris le couturier Mariano Fortuny.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."