Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

Anton Meier présente Anelies Štrba avant de proposer sa "dernière exposition"

A l'Athénée genevois, la Zougoise propose ses photos aux couleurs incroyables. Le galeriste s'apprête pour sa part à se retirer, après cinquante ans de carrière.

Le paysage selon l'artiste zougoise.

Crédits: Anelies Strba, Galerie Anton Meier, Genève 2020.

C’est le retour. Mais apparemment aussi une visite d’adieu. Anelies Štrba se retrouve une nouvelle fois aux cimaises de la galerie d’Anton Meier, au premier étage de l’Athénée. La Zougoise (elle est de Zoug) y présente bien sûr des photographies de grand format. Il y a des personnages. Des paysages surtout, ou du moins des choses en tenant lieu. Aujourd'hui âgée de 73 ans, l’artiste bidouille à l’extrême ses négatifs couleurs. La plasticienne produit en réalité une sorte de peinture. Du reste, son support se révèle à l’occasion de la toile. Et pas forcément de la fine! Il y a parfois là ces tissages un peu rugueux et lâches que l’on découvre sous l’huile des tableaux vénitiens de la Renaissance.

Le public aime, ou n’aime pas, ces explosions de couleurs irréalistes venant perturber la vision qu’il peut avoir des choses. Il existe encore des nostalgiques de l’ancienne production de l’artiste, visée très tôt par les censeurs de tout poil. Comme l’Américaine Sally Mann, la Suissesse a choqué en présentant ses enfants dénudés. Il y a ainsi eu un scandale en 2002, alors qu’Anelies proposait une image de sa fille pré-adolescente dans une baignoire. La chose, qui s’est passée à Londres et a fini par un risque de procès pour obscénité, l’a découragée de poursuivre sur cette voie plus directe et plus descriptive. Personne ne peut avoir quelque chose contre une nature aussi repensée et stylisée.

Braderie à la fin du mois

Présentées aux cimaises de ce qui fut il y a bien longtemps le Musée de l’Athénée (qui était en fait déjà une galerie commerciale), les clichés de la photographe sont aussi montrés à l’occasion simplement appuyés au bas du mur. La chose donne une idée de proche déménagement. Et de fait cette exposition, proposée jusqu’au 28 octobre, annonce une fin. Le samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre (jour de la Toussaint!), la galerie d’Anton Meier proposera sa braderie comprenant des livres comme des estampes. Et du 12 novembre au 12 décembre, elle offrira sa «dernière exposition», sous-titrée «Mes indépendances». Il y aura là les artistes souvent présentés par Anton Meier depuis 1973. Les habitués reconnaîtront immédiatement les noms. Ils vont d’Eduardo Arroyo à Ilse Weber. Beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui décédés, ce qui semble normal si l’on pense qu’Anton Meier aura été actif un demi siècle (1). Je pense aussi bien à Dieter Roth qu’à Hans Schärer, Franz Eggenschwiler ou Henri Presset.

Anton Meier. Photo Artàgenève.

Parmi tous ces gens, il y a naturellement des Genevois. L’arrêt d’Anton Meier sera terrible pour eux. Dans une ville déjà fermée sur le plan commercial à ses artistes, qui montrera les gens dans la soixantaine, ou plus, n’appartenant pas à ce que je dois bien appeler «le clan John Armleder»? Michel Foex est mort. Joy de Rouvre ou Xippas s’intéressent par la force des choses aux générations suivantes. Il reste encore, il est vrai, Joseph Farine à Andata/Ritorno. Mais un suivi se perd. Certains se découragent. Il ne fait bon être créateur local quand on a cessé d’être «émergent».

(1) J’ai ainsi connu Anton Meier à l’angle Saint-Léger-rue de Candolle, presque en sous-sol.

Pratique

«Anelies Štrba», galerie Anton Meier, 2, rue de l’Athénée, palais de l’Athénée à l’étage, jusqu’au 28 octobre. Tél. 022 311 14 50, site www.antonmeier-galerie.ch Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 18h30, le samedi de 10h à 13h.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."