Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

A propos du livre sur ses "Emotions", voici Sabine Weiss en quelques images

La photographe suisse sort à 96 ans un nouvel ouvrage avec des oeuvres inédites. Un complément à l'article situé une case plus haut dans cette chronique.

  • Sabine Weiss en 1954. La femme voit sa carrière démarrer des deux côtés de l'Atlantique. A 30 ans, elle possède depuis bien longtemps son propre atelier à Paris. Elle est exposée cette année-là dans un musée de Chicago. Ce rare autoportrait ne fait pas partie du livre actuel. Photo Sabine Weiss, Musée de l'Elysée, Lausanne 2021..

  • "L'homme qui court". Une photo de 1953, bien placée dans le livre actuel. L'image a été prise de nuit. Sabine a demandé à son mari Hugh (qu'elle a épousé en 1950) de compléter l'ensemble. Une rare trace de composition chez l'artiste. Elle préfère laisser faire le hasard, contrairement à un Robert Doisneau qui arrangeait beaucoup les choses. Photo Sabine Weiss.

  • Jardin des plantes. Intemporelle, l'image date de 1952. Elle illustre dans le livre la prédilection de l'artiste pour les personnages âgés ou marginaux. Ici un peu les deux, du reste... Le cadrage se veut bien moins composé que chez ses confrères Robert Doisneau, Willy Ronis ou Izis. La spontanéité prime. Photo Sabine Weiss.

  • Courses à Auteuil. En 1952, Sabine Weiss n'illustre pas le côté brillant et mondain des sports hippiques. En se mettant tout en arrière, elle en souligne l'aspect populaire. Presque banlieusard. L'image a été retenue pour faire le dos de la couverture du livre actuel. Parce que les personnages sont de dos? Photo Sabine Weiss.

  • André Breton chez lui. Comme beaucoup d'autres femmes photographes, de Rogi Andre à Denise Colomb, Sabine Weiss a portraituré dans leur cadre de vie beaucoup d'artistes et d'intellectuels. Cette image, qui ne figure pas dans le livre, avait été mise en évidence par l'Elysée au moment de la donation des archives de Sabine Weiss. Photo Sabine Weiss. Musée de l'Elysée, Lausanne 2021.

  • Chez Dior. Succédant à Willy Maywald, dont elle avait été l'assistante à la fin des années 1940, Sabine Weiss a aussi photographié les robes de Dior. Ici à l'intention de "Vogue". La chose lui a permis de se livrer à des essais sur la couleur. L'image ci-dessus ne fait bien sûr pas partie du livre, mais elle appartient à la donation consentie à l'Elysée. Photo Sabine Weiss, Condé Nast, Musée de Elysée, Lausanne 2021.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."