Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership.

Etes-vous un leader promouvant ou contrôlant ?

Dans un monde caractérisé par la globalisation des enjeux, les hommes politiques et les chefs d’entreprise ont besoin non seulement de développer des compétences communicationnelles de premier ordre, mais également d’être les avocats de sujets spécifiques dans l’espace public en développant leur advocacy capacity.

Or pour être un leader efficace et un bon communicateur, il faut connaître son type de personnalité et son style de management. Le précepte socratique « connais-toi toi-même » est d’une très grande utilité pour un leader qui, de par sa personnalité publique, doit être à même de bien maîtriser ses points forts et d’améliorer ses points faibles. Comme le disait Talleyrand, « Quand je m'examine, je m'inquiète. Quand je me compare, je me rassure »…

Les leaders efficaces ont souvent une particularité en commun : ils possèdent tous un haut degré d’intelligence émotionnelle. Les compétences techniques et les diplômes sont certes importants, mais c’est le supplément empathique qui permet de construire la personnalité d’un leader efficace. Le sociologue Wayne Osgood a défini quatre idéaux-types de personnalités. D’une part, les promouvants et les contrôlants, qui sont des ascendants dans une structure ou dans une organisation et naturellement amenés à avoir des fonctions dirigeantes. D’autre part, les facilitants et les analysants qui sont plutôt des consentants.

Le promouvant est enthousiaste, stimulant et optimiste. Il est souvent un leader communicationnel qui peut incarner une vision, mais qui se soucie moins des détails. C’est un motivateur hors pair, un facilitateur qui génère de l’énergie autour de lui. Il veut que ses collaborateurs soient heureux et épanouis dans leur activité professionnelle et dans leur vie personnelle, et qu’ils progressent. C’est un team builder mais il n’hésite pas à bousculer ses collaborateurs pour les rendre plus efficaces, partant du principe que, selon lui, il n’y a pas de  problème mais que des solutions. Le promouvant est capable de soulever des montagnes. 

De son côté, le contrôlant est assuré, résolu et direct. Il s’intéresse de près à l’opérationnel, plus qu’aux équipes. Il regarde de très près les résultats, les chiffres, les objectifs et le « bottom-line ». Il se laisse assez peu influencer, juge sur la qualité du rendu, et est très pragmatique. Plaire n’est pas son souci principal. Il a de fortes convictions et goûte peu la contestation de son autorité. Il excelle souvent en situation de crise.

De son côté, le facilitant est ouvert, coopératif et tolérant, alors que l’analysant est consciencieux, précis et efficient. Les promouvants et les contrôlants sont souvent capables de gérer le changement et de piloter des projets complexes. Il est important de souligner qu’il n’y a pas de type meilleur qu’un autre car ces quatre styles sont dans la nature: il s’agit surtout de savoir identifier un type de personnalité pour mieux comprendre son fonctionnement.

Dans un environnement en perpétuelle évolution et dans un monde complexe, savoir appréhender et gérer le changement demande en effet des qualités de leadership communicationnel particulièrement pointues et complètes. Qu’on se le dise !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."