Neaujeancharles

CO-FONDATEUR DE ICONYL SA

Jean-Charles Neau aide les dirigeants à gagner en clarté et tranquillité d'esprit dans la réalisation de leurs plans sensibles de transformation digitale, développement d'affaires, amélioration de la performance. Jean-Charles a été conseiller d'entreprise en France et en Suisse, notamment auprès d'Arthur Andersen, avant de créer des états-majors en banques privées et d'y diriger des projets sensibles lors d’intenses périodes de transition et d'incertitude. Aujourd'hui, Jean-Charles est revenu au métier du service pour continuer à enrichir et partager son expérience de l’innovation, du digital et de la conduite du changement orientée clients, notamment comme lecteur en université et mentor auprès de start-ups technologiques. Voir le site Iconyl SA

Est-ce la fin de l'Emploi et du Savoir?

En gestion du changement, l'analyse de l’État présent est fondamentale avant de définir un État futur puis les étapes pour passer de l'un à l'autre.

 

Première partie: les constats

 

En 2005, le philosophe français Bernard Stiegler crée l'association Ars Industrialis. Le but de ce billet est de présenter une de leurs thèses en résumé et en vidéo, en 1mn30.

En 2005 donc, Ars Industrialis pressent que les industries culturelles et les technologies du savoir menacent la "vie de l'esprit", notamment par la captation de l’attention.

Ars annonce également, sans toutefois la cerner complètement,  la crise qui surviendra en 2007-2008. Soudain, on s'intéresse à leurs thèses dans les milieux industriels et dans les sérails politiques de gauche comme de droite (la Radio Suisse Romande vient de consacrer 15 heures d'antenne à leurs travaux).

10 ans plus tard, le Boston Consulting Group (BCG) rédige son rapport sur la 4ème révolution industrielle et les profondes modifications pour l'emploi qui sert d'agenda au World Economic Forum 2016 à Davos. La ligne éditoriale est plutôt positive, voire enjouée: "New categories of jobs will emerge, partly or wholly displacing others".

Revenir aux réflexions prospectives menées dès 2005 par Ars Industrialis me paraît donc très pertinent. Car elles reposent sur des réflexions de nature philosophique et traversant d'une part le temps et, d'autre part, l'économie, la finance, la sociologie, la technologie, l'éducation, les médias, le monde des affaires, l'industrie et la politique. Ce cadre d'analyse propose trois outils rigoureux pour comprendre et influencer notre devenir au-delà des effets de manche court-termistes :

  • La prospective et l'analyse de tendances lourdes et structurantes ;
  • L'observation attentive de signaux faibles qui permettent de confirmer et ajuster ces tendances ;
  • Le besoin de cadre, de gouvernance et de Politique 

pour tirer parti des innovations en ce qu'elles ont de meilleur, sans nuire à ce que nous avons mis, chaotiquement, des siècles à construire.

Sans griller les étapes, sans passer trop vite à l’État futur et aux prescriptions, essayons donc de nous entendre et de partager sur les constats.

Sous une forme originale et en 1mn30, voici donc l'analyse d'Ars Industrialis sur le devenir du Savoir et de l'Emploi.

J'attends avec plaisir vos commentaires. Pensez à brancher le son de la vidéo.

PS: une piste: c'est peut-être la fin de l'emploi tel que nous l'avons connu, mais pas celle du travail, deux notions qu'il faut distinguer. Quant à l'Intelligence Artificielle, gardons-nous de la vénérer, car elle est... artificielle. A suivre...

https://youtu.be/qK-iJvsDjSQ

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."