ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

Entreprises, dénoncez les cyberattaques

Dernière victime en date, Implenia. Le géant de la construction rejoint la liste des entreprises suisses qui, comme la Banque Cantonale de Genève, ont récemment subi des piratages informatiques impliquant des conséquences dommageables. Une liste qui s’allonge à grande vitesse, mais qui ne représente que la pointe de l’iceberg.

En effet, le nombre d’attaques est bien plus dramatique. En 2014, 90% du tissu suisse de PME, banques et multinationales aurait été touché par des assauts informatiques en tous genres. De plus, ce formidable vivier ne serait pas préparé à ce type de criminalité. C’est le résultat de deux récentes études qui confirment l’étendue du hacking en Suisse, et surtout l’impuissance, souvent masquée, des entreprises face à cette menace.

Contrairement aux Etats-Unis, l’Union européenne et la Suisse n’obligent pas les entreprises à notifier les cyberattaques aux autorités. Une aberration qui, espérons-le, sera vite corrigée. Imposer une transparence sur les conséquences de cette criminalité bousculerait les pirates et leur façon de procéder. Les dégâts d’image subis par les entreprises en dénonçant ces attaques? Un prix à payer qui semble presque anodin face aux pertes de valeur parfois colossales engendrées par la cybercriminalité.

Aussi, en déployant des mesures plus proactives dans le cadre de sa stratégie nationale de cyberdéfense, la Confédération montrerait qu’elle s’applique à veiller davantage sur ses entreprises.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."