<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Elections françaises: quelle valeur ajoutée?

La machine à perdre s’était enclenchée depuis le début de l’année et, entre les deux tours de l’élection, rien ne semble pouvoir l’arrêter. Comme prédit dans cette colonne en janvier, Nicolas Sarkozy se voit — à ce stade — privé de sa réélection après que la France a perdu son triple A. La campagne a été douloureuse, manœuvrière et les mots clés entendus ont été «riches», «halal» et «immigration», alors qu’ils auraient dû être compétitivité, respect des minorités et valeur ajoutée.

La France à gauche, une mauvaise nouvelle pour la Suisse? Forcément, si la France s’enfonce dans les déficits et voit sa croissance économique ralentir. La géographie ne nous offre pas le choix de notre voisin. Alors que la Suisse alémanique profite en plein du boom allemand, de ce côté-ci du pays il faut se contenter d’une France en déclin depuis deux décennies. C’est ce qui fait toute la force du fort développement romand mais ce qui ne doit pas cesser de nous inquiéter. Que nous le voulions ou non, nous évoluons dans un espace culturel commun de par notre langue et nos affinités bien au-delà de la seule économie. Et cette France qui peine à inventer un modèle de développement ne fait pas envie.

Personne, ou presque, n’a parlé des thèmes économiques dans cette campagne. Tous les candidats ont donné l’impression de vouloir ramener à eux des clientèles d’électeurs. Si tu es fonctionnaire, vote Hollande, il sera bon pour toi. Patrons, cadres sup et moyens, Sarko fera office de protecteur. Et si tu as peur de devoir manger halal, une femme te promet qu’il n’y en aura pas dans ta cuisine. Comment résister? Seul Jean-Luc Mélenchon n’a pas compris la règle du jeu et, au final, s’il ne confirme pas ce que lui promettaient les sondages, c’est qu’il ne s’adressait à aucun public défini. Mis à part les médias qui ont adoré choquer le bourgeois avec sa tête de révolutionnaire rustre.

François Hollande président, la France va devenir moins compétitive, les marchés lui présenteront la note de sa détestation de la finance et les riches continueront de s’exiler en Suisse ou ailleurs. Puis, le socialiste qui a tout d’un pragmatique deviendra plus raisonnable après avoir fait ses expériences. Sa fin de mandat sera plus propice à l’économie mais la France, avec ou sans lui, devra trouver la valeur ajoutée qu’elle peut apporter dans le concert de l’économie internationale (une place manufacturière? Le lieu idéal pour développer des industries high-tech? Le champion de l’après-nucléaire?, etc). Au risque, sinon, de perdre toujours plus de son influence.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."