Amoiel Edouard2

Chroniqueur culinaire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Crazy-4-Food, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Tamara Hussian : Le Nouveau Visage du Bleu Nuit

Avec une cuisine du voyage, la jeune cheffe de 27 ans reprend les fourneaux du Bleu Nuit après le départ de Muhamed Muratovic

Annecy à l’Arménie

Tamara aiguise ses couteaux, retrousse les manches de sa veste de cuisine et montre ainsi qu’elle n’est pas là pour plaisanter. Après un passage remarqué au restaurant triplement étoilé Le Clos des Sens à Annecy sous la houlette de Laurent Petit, elle enchaîne en reprenant la direction du restaurant La Cave à Annecy. Du gastro au bistro, Tamara affute son CV. Choisissant d’effectuer un pèlerinage sur les terres d’origine de son père, la cuisinière part une année en Arménie et s’inspire de la culture culinaire locale à coup de nouvelles saveurs et d’épices. Fin septembre 2019, elle débarque au Bleu Nuit en tant que sous-cheffe. « Momo » annonce son départ au début de l’année laissant la place libre pour la cuisinière. L’aventure commence…

Transmission

« Momo m’a permis de faire une transition tout en douceur, avec les lieux, les clients et les fournisseurs. Grâce à lui, j’ai pu reprendre la suite dans les meilleurs conditions possibles ». Tamara tombe rapidement sous le charme du restaurant proche de Plainpalais et sent le potentiel d’un développement culinaire. Le Bleu Nuit est un lieu à part avec une âme, hors du temps, hors des styles. Un bistrot sans en être un. Un lieu sans esbroufe mais qui permet néanmoins à un chef de pouvoir exprimer son talent. Aurait-elle de l’appréhension ? Ce n’est pas vraiment le genre du personnage. « Plutôt de l’excitation » avoue-t-elle avant de poursuivre. « Je fais une cuisine sincère, spontanée, qui me ressemble ».

Menu Voyageurs

D’emblée, la cheffe raccourcit la carte : trois entrées, trois plats et trois desserts. La partie salée se concentre sur du végétal, du poisson ou de la viande. Le magret de canard est mis à l’honneur avec une préparation façon gravlax des plus inattendue. La viande est cuite durant 24 heures dans le sucre et le sel, nettoyée, enrobée d’un mélange d’épices, taillée en brunoise, associée à de la courge crue et cuite avec un sabayon au beurre noisette. Le navet quant à lui est associé à une sauce satay faite maison, préparé au four en cuisson douce de manière à conserver tous les goûts, et relevé d’un bouillon type dashi : le végétal dans toute sa splendeur.

Le Mot de la Faim

Même si le Bleu Nuit n’a pas échappé à un énième mercato de chefs à l’entre saison, le recrutement a été prolifique. Une relève assurée pour un avenir radieux. Les genevois n’ont plus qu’à en juger !

Bleu Nuit, 4, rue du Vieux-Billard, 1205 Genève, 022 328 34 44.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."