Amoiel Edouard2

Chroniqueur culinaire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Crazy-4-Food, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Retour vers le Resto - L’Artichaut

Après deux mois d’attente, les restos rouvrent leurs fourneaux ! Libération ou frustration ? Pour Jan Bertiaux, patron de l’Artichaut, c’est un véritable imbroglio !

Crédits: © Georges Cabrera

Brouillard

En temps normal, Jan Bertiaux arbore fièrement ses chemises colorées au milieu de convives ravis de déguster ses plats gourmands au bord de l’Arve. Depuis les deux derniers mois, il prépare sa rentrée ! Comment a-t-il vécu cette fermeture forcée ? « Dans la compréhension de la logique médicale et avec une belle louche de frustration. C’est notre outil de travail que l’on nous a obligé à fermer du jour au lendemain ». Le restaurateur admet qu’à partir de lundi prochain, il avance dans un épais brouillard. Mais malgré l’incertitude qui plane autour de cette date du 11 mai, il est heureux de pouvoir reprendre du service.

2 mètres

Mais ne soyons pas dupe, la situation pour le secteur reste critique et truffée d’embuches. Les restaurateurs vont-ils survivrent ? « Pour l’instant, les charges restent les mêmes alors que le chiffre d’affaires est divisé par deux ». Avec une répartition des tables respectant les 2 mètres de distances, Jan Bertiaux redoute une ambiance sans joie de vivre ni réelle envie de consommer et un brin morose. Et pourtant, son carnet de réservation ne désemplit pas depuis la nouvelle. « Si tout se passe bien, j’espère que dans un futur proche le Conseil Fédéral lâchera les chevaux encore davantage ».

Respect

La plus grande crainte de Jan Bertiaux est une recrudescence du coronavirus qui bloquerait de nouveau les restaurants et mettrait définitivement le secteur à genoux. « Si nous voulons retrouver une certaine forme de normalité, nous devons tous jouer le jeu et respecter les mesures en place ». La nouvelle carte est déjà dans les starting blocks avec des asperges vertes de Pertuy, burratta et coppa ou un ris de veau croustillant aux morilles. Le cheesecake citron fera fondre les becs sucrés.

L’Artichaut, 9 quai du Cheval-Blanc, 1227 Carouge. 022 301 90 91

https://artichaut-restaurant.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."