Amoiel Edouard2

Chroniqueur culinaire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Paroles de Restaurateur : Stéphane Raynaud

Comme ses confrères, le patron du Bistrot du Lion d’Or à Carouge a le cœur lourd suite aux dernières décisions du Conseil d’État genevois mais retrousse ses manches et se lance dans la vente à l’emporter !

© Lucien Fortunati

Stéphane Raynaud c’est l’âme vivante du Bistrot du Lion d’Or à Carouge ! Un patron au grand cœur, qui ne vit que pour son restaurant, avec autant de passion qu’un acteur pour sa pièce de théâtre. Avec la fermeture de son restaurant pour les raisons que nous connaissons tous, ce chef d’entreprise engagé se retrouve dans une cage verrouillée à double tour tel un lion enragé. Mais malgré ce nouveau coup du sort qui s'abat sur lui, il doit garder le moral. Une fois de plus, le destin ne lui donne pas d'autre choix que de s'accrocher et tenir… mais à quel prix ?

Charte Covid

Afin d’être parfaitement en accord avec les mises en place sanitaires et totalement transparent avec ses clients, Stéphane Raynaud venait de mettre en place sa « charte Covid ». Masques, solution hydro alcoolique, positions à distance, nettoyage des surfaces et déclaration d’informations personnelles à l’arrivée sur les lieux ! Il avait tout prévu sauf… une nouvelle fermeture. « Même si cette décision nous pendait au nez, elle est très difficile à encaisser. Par contre, je ne pense pas que nous allons rouvrir en décembre. La fin d’année s’annonce extrêmement compliquée » avoue-t-il. Une situation politique affligeante selon le restaurateur qui ne comprend pas le manque de cohésion gouvernementale. Malgré cela et sans éprouver aucun ressentiment, il tente tant bien que mal de se recentrer sur l’essentiel : son affaire !

© Eric Trezza

Pris à la Gorge

A la fin du premier confinement, la situation se stabilise avec l’arrivée des beaux jours. Les gens expriment un besoin vital, celui de retourner dans les bistrots et renouer des relations sociales dont ils avaient été privés pendant deux mois. « Aujourd’hui, depuis que nous avons commencé à servir à l’intérieur, nous avons enregistré 45% du chiffre d’affaire en moins et la semaine dernière 70% en moins. Dans ces conditions, mieux vaut fermer ». Le lendemain de cette nouvelle épreuve, le patron est dépité par une situation qui s’enlise. Entre les charges, le loyer et la main d’œuvre, il sait qu’il va vite être pris à la gorge financièrement. « Je comprends l’urgence sanitaire mais nous sommes au bord du gouffre ». 

Pour rester sur une note positive, le restaurant va opter pour la vente à l’emporter à partir de demain. Réjouissons-nous de pouvoir déguster les ravioles de queue de bœuf aux noisettes, des cèpes en tarte fine comme une « tatin » ou une belle épaule d’agneau aux coings cuite toute une nuit.

Pour plus d’informations sur les commandes à emporter, c’est sur le site !

Le Bistrot du Lion d’Or, 53 rue Ancienne, 1227 Carouge. 022 342 18 13

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."