Amoiel Edouard2

Chroniqueur culinaire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Paroles de Restaurateur : Morad El-Hajjaji

Le patron du Kasbar et de l’Inda-bar, Morad El-Hajjaji, revient sur cette deuxième fermeture et s’adapte en proposant des trésors épicés marocains et indiens à emporter !

C’est au bout de l’incontournable rue Henri-Blanvalet à Genève que se trouvent les royaumes gourmands de Morad El-Hajjaji. Naans au fromage, tikka de saumon, couscous au 7 légumes ou pastilla de pigeon, le patron met à l’honneur en toute harmonie gastronomie indienne et marocaine. C’est avec résilience et ténacité que ce passionné de grands crus a jumelé ces deux mondes culinaires au sein de deux établissements distincts sur l’artère la plus bouillonnante de la cité de Calvin. Depuis plus de deux ans, le chef et ses équipes font voyager les gourmets de passage dans des contrées de saveurs et d’épices insoupçonnées.

Attente de Propositions

Même si Morad s’attendait au pire, il était loin d’imaginer qu’une telle nouvelle tomberait un dimanche et qu’ils allaient être obligés de fermer leurs établissements 24 heures après. « Alors que nous avions nos frigos remplis de nourriture, je trouve que prendre cette décision un dimanche manque cruellement de tact et d’élégance. Soyons clairs, je ne suis pas déçu par la décision mais par la manière ». Le Conseil d’État n’a pas laissé aux commerçants le temps de s’organiser et, comme ses confrères, Morad doit réagir au plus vite. En tant que patron d’entreprise et garant d’emplois, il demeure inquiet sur la période à venir. « Même si les RHT nous aident à traverser la tempête, j’appréhende les mois qui viennent. Nous sommes toujours dans l’attente des propositions du gouvernement. Il faut que la Confédération s’active et nous vienne en aide au plus vite. Sinon, beaucoup d’entre nous ne se relèveront pas ».

Classiques

Avec le talentueux chef Nasser Jeffane à ses côtés, Morad met rapidement au point une offre complète à l’emporter. « Le but est d’apporter du réconfort à nos clients en cette période anxiogène grâce à nos classiques et à de nouveaux plats mijotés ». Curry, couscous ou encore tajine… le voyage culinaire s’invite à la maison. Avec son équipe, il revoit l’ensemble des mets afin de les adapter à ce nouveau mode de consommation. Malgré une offre aussi attractive qu’alléchante, le patron reste sur ses gardes concernant cet engouement autour de la vente à l’emporter. « Pour l’instant je le fais avec plaisir pour garder le contact avec mes clients. Je ferai le bilan à la fin du mois de novembre pour voir si le jeu en vaut vraiment la chandelle » dit-il. Croisons les doigts !

L’heure est au soutien et à l’entraide entre commerçants. Morad El-Hajjaji recommande un croque-tuna chez Arakel, un verre de vin nature chez MiFood MiRaisin et une côte de Bœuf à La Belle Excuse.

Kasbar & Inda-bar, 23 rue Henri-Blanvalet, 1207 Genève. 022 736 27 46 et 022 700 79 50

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."