Amoiel Edouard2

Chroniqueur culinaire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Crazy-4-Food, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

KHORA : Tzatziki & Poséidon

Après la vague péruvienne, un nouveau vent grec souffle sur Genève.

Voyage Voyage

Il va sans dire que déjeuner chez Khora est un voyage en soi. Depuis peu et après des mois de travaux et de nombreux « soft openings » entre initiés, le restaurant aux accents grecs ouvre enfin ses portes. En lieu et place du café Bach - projet de restaurant avorté initié par la reine de la nuit genevoise, Jeanine Dunand - Khora vient projeter des rayons de soleil méditerranéen sur la grisaille de la cité de Calvin. 

A Point !

Inutile de tergiverser, la décoration est une réussite. Située à un angle de rue sans vis-à-vis proche, l'arcade a le privilège d'être un puits de lumière. Le blanc domine, le bleu attise ! Il paraît donc évident de venir s’y attabler, de préférence pour le déjeuner, et profiter ainsi d’une ambiance plus paisible qu’à la nuit tombée. Comme bon nombre d'établissements, les premières semaines d'ouverture sont souvent synonymes de réglages et d'erreurs en tout genre. « A quoi bon faire des soft openings » ? Pas faux ! Moralité... rien ne sert de courir, il faut manger à point.

Pita Pan

La trilogie d'apéritifs s’impose comme une évidence. Le tarama joue des coudes avec un timide caviar d'aubergine et un tzatziki (fromage blanc, concombres et herbes). Tel un ami fidèle, le pain pita escorte ces sympathiques mises en bouche. Accompagnée ou pas d'un ouzo - pastis local en eaux troubles - la salade Dakos prend la relève, aussi colorée que généreuse. Passons sur le fait que la date est expirée depuis belle lurette pour servir des tomates et notons que l'ensemble, servi avec de la feta, des câpres, des olives et des biscottes crétoises, est plutôt bien exécuté et dignement assaisonné.

La carte de midi est courte et propose côté viande les traditionnelles grillades Gyros, équivalent grec du Chawarma ou du Chich Taouk. Accompagnées une fois de plus de pain pita, de tomates et de yaourt, le tout posé sur du papier dans une corbeille métallique, le résultat ressemble plus à une prestation de fast-food que de restaurant ! Même si ce plat est généralement servi ainsi, on pourrait s’attendre à mieux chez Khora. Impossible de passer à côté du poulpe, emblème du restaurant, servi accompagné de sa purée de pois cassés safranée. Cependant, le mollusque arrive froid et aussi dur que le trident de Poséidon. Après un renvoi  en cuisine, il est resservi plus chaud mais tout aussi ferme.

Le Mot de la Faim

Les Dieux de l'Olympe se sont-ils penchés sur le berceau de Khora ? Ce n'est pas le paradis mais ce n'est pas l'enfer non plus. Le courage d'entreprendre est indéniable et mérite d'être relevé. Avec une mention spéciale pour le service. Lors du déjeuner, me suis-je senti en Grèce : légèrement. Ai-je été dépaysé par le décor le temps d'un instant : définitivement. Vais-je y retourner : qui vivra verra !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."