Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

EDITO/ Au quotidien et en toute franchise.

L'appétit vient en mangeant. Il y a maintenant quarante ans que je parle d'expositions et autres événements supposés artistiques. L'indigestion devrait se révéler monstrueuse. Gargantuesque. Eh bien non! Chaque année, pour filer la métaphore culinaire, j'ai rongé mon frein. Il n'existe de place dans un quotidien romand que pour le local ou l'événementiel. J'en ai fait l'expérience à la "Tribune de Genève".

Il y a environ trois ans, j'ai donc lancé un journal sinon pirate, du moins parallèle. J'allais fourguer tout ce dont la rédaction ne voulait pas sur son site. Ni vu, ni connu. Ni vu, surtout! Mes articles (de longueurs variables et d'accessibilités au grand public fort diverses) se retrouvaient pris dans un grand pot commun. Façon minestrone. Difficile de faire cohabiter Michael Jackson (même s'il est mort) ou les frasques de Lindsay Lohan (qui font paraît-il partie de la culture) avec la dernière exposition Nicolas Poussin à Londres. Allez vous y retrouver dans tout ça! Le plus simple restait de passer ensuite par Google. Vous parlez d'une gymnastique... 

Visant à une présence quotidienne (moyenne, j'essaie de vivre, tout de même!), le présent blog va donc se concentrer sur les beaux-arts. Le sujet me semble déjà assez vaste pour une personne. Il y aura des comptes-rendus d'expositions à un triple rythme. Les nouveautés suisses, bien sûr. Mais aussi des présentations plus exotiques de choses en cours et les «queues de comète». D'une manière aussi absurde que répétée, bien des manifestations ne font en effet leur plein de super (lisez de public) qu'au moment de fermer. 

Ce n'est bien sûr pas tout. Outre ces visites, rapportées de façon très directe, ce blog comprendra une sélection de livres (d'art, of course), de petits entretiens sans complaisance avec «les gens qui font», des échos du marché de l'art et des humeurs bilieuses, voire même quelques ragots. Nous resterons après tout entre nous. Une certaine place ira à des choses plus difficiles, voire érudites. Le drame est que toutes les revues, même spécialisées, mettent en vedette les mêmes choses en même temps. Et dans les mensuels, je vous rappelle à tout hasard que les rédacteurs, vu les délais de parution, n'ont jamais rien vu de leurs yeux. Une chose qui les dispense d'avoir une opinion. 

Voilà. C'est tout pour un début. Ha oui, j'oubliais. Pas de commentaires prévus pour les lecteurs. Pas d'interactivité, donc. J'aimerais rester actif pour deux. Et sur ce, c'est parti!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."