Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Ecologie: pour des Etats généraux de l'immobilier

Une image d’un ours famélique a ébranlé tous les esprits et ce week-end se déroule à Genève Alternatiba.

Mais quelles solutions sont vraiment proposées et apportées? Consommation locale, coopératives d’habitation, stop aux bagnoles… Bref, tout cela sent le réchauffé et n’empêche pas l’engloutissement des ressources. Et comme la baisse du prix du pétrole continue…

Au 20 août, nous avons consommé ce que la Terre pouvait produire en une année. La Californie est en proie à une pénurie d’eau sans précédent et espère que El-Nino à la fin de l’année remplira les réservoirs, alors que dans d’autres parties du globe, cette venue est crainte car destructrice du massif corallien, source de vie sur Terre.

Mais, concrètement, que fait-on ?

On continue à fuir en avant en espérant que les isolations supplémentaires de maisons et la diminution de la puissance de moteurs enrayeront l’effet de serre. Les protecteurs des vieilles pierres continuent à interdire la pose de panneaux solaires, partout où ils le peuvent. Alors, on prône le tout électrique sans savoir comment cette source d’énergie est produite et quel est le coût écologique pour produire et recycler les batteries. Pendant ce temps, la pyramide des âges continue à s’inverser inexorablement comme le démontre la discussion sur les retraites qui s’est engagée à Berne. Nous construisons sur le même modèle depuis une centaine d’années. Nous rejetons nos eaux de pluie, sans tenir compte de la sécheresse des sols, et utilisons plus de litres d’eau potable chaque fois que nous tirons la chasse d’eau.

Pourtant, il y a des pistes à explorer, tous ensemble. Mais elles impliquent que nous admettions que notre monde et notre société changent. Pour exemple, nous pourrions imaginer des logements où la mixité sociale rencontrerait la mixité des générations, ou encore d’utiliser les eaux de pluie pour arroser ou humidifier les sols et celles des eaux des robinets et des buanderies, une fois traitées, pour les WC. Imaginons aussi que lors de l'élaboration d'aménagements extérieurs nous planifions la pollinisation ou les nichées d'oiseaux...

Rappelons que l’eau consommée dans un immeuble est payée par le propriétaire. Cela permettrait l’amortissement des installations sur plusieurs années.

A l’aube des élections fédérales, il est urgent d’organiser les états généraux de l’immobilier, toute mouvance politique confondue, au risque de voir les ours faméliques envahir nos écrans et, peut-être, nos morales. Mais est-ce porteur ?!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."