Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership.

Du leadership des abeilles

Les abeilles sont en péril du fait de l’arrivée des pesticides systémiques, au milieu des années 1990, qui sont absorbés par les plantes. Or, nous le savons, les abeilles pollinisent 80% des plantes à fleurs et c’est donc toute la chaîne de biodiversité et de production agricole qui se trouve menacée. Il faut donc la voix forte des scientifiques, des apiculteurs, des législateurs et des citoyens responsables pour mettre un frein au déclin des abeilles, en interdisant les traitements chimiques mortels des néonicotinoïdes, en favorisant les produits biologiques, et en plantant des fleurs mellifères qui contiennent du nectar et du pollen, comme la lavande par exemple.

Outre leurs vertus biologiques, écologiques et curatives – le papyrus Ebers qui date de 1500 ans avant JC mentionne déjà des recettes pour soigner et guérir à base de miel ! - les abeilles représentent depuis l’Antiquité une métaphore de l’harmonie politique et sociale et ont inspiré des principes de leadership modernes, notamment autour de cinq éléments d’influence majeurs.

1. Le projet commun

Le premier élément mimétique avec les abeilles consiste à développer un projet commun et porteur d’avenir. Pour survivre et se développer, les abeilles s’appuient sur leur société très organisée et travaillent ensemble pour la sauvegarde de leur communauté et la construction de leur avenir. Au sein de la ruche, des milliers d’abeilles cohabitent et s’entraident pour survivre et se développer. Le rôle des éclaireuses, notamment, est clé pour analyser la situation du jour et optimiser la production à venir. De la même manière, les dirigeants d’entreprise doivent s’entendre et définir ensemble des objectifs prioritaires, clairs et précis pour pérenniser leur projet.

2. La polyvalence

Le deuxième élément fort est l’absolue nécessité d’être polyvalent et multi-tâches. Au cours de son existence, l’abeille ouvrière va en effet avoir plusieurs fonctions différentes et successives: nettoyeuse, manutentionnaire, maçon pour fabriquer les rayons de cire, ventileuse pour rendre la ruche plus fraîche, gardienne pour empêcher l’intrusion de prédateurs, et bien sûr butineuse pour prélever le pollen. Piaget disait que l’intelligence est la capacité d’adaptation et les abeilles en sont un exemple édifiant. La polyvalence des compétences dans le monde du travail est une exigence de plus en plus marquée à l’heure de la digitalisation et du big data, en particulier dans les start up et les PME.

3. L’intelligence collective

Pour mener à bien leur mission et leurs activités, les abeilles ont développé une intelligence collective de très haut niveau d’intégration. L’éthologie montre par exemple qu’elles arrivent à maintenir une température ambiante au sein de la ruche en se regroupant au sein d’une grappe : en hiver, elles constituent un véritable manteau pour se protéger du froid, et en été elles fabriquent un authentique système de ventilation et de brumisation pour se rafraîchir. De la même manière, une bonne gouvernance d’entreprise parvient à tirer la quintessence de l’intelligence collective des collaborateurs.

4. L’individu dans le groupe

Quand une abeille se retrouve isolée, elle sait précisément ce qu’elle a à faire pour la ruche: elle va se gorger de nectar, se charger de pollen, puis va retrouver sa route aérienne et indiquer à ses congénères le résultat de ses découvertes – la fameuse danse des abeilles. Les abeilles communiquent entre elles : des liens physiologiques et sensoriels existent entre les membres d’une même communauté, et permettent de renforcer le groupe. Dans le monde professionnel, cela s’apparente à la culture d’entreprise, où l’on valorise à la fois l’accomplissement et l’épanouissement individuels en faveur d’un projet collectif.

5. Apôtres du développement durable

Les abeilles ont inventé avant tout le monde le développement durable. En effet, la pollinisation des fleurs crée le miel de demain, et toute l’activité d’une ruche est dédiée à la production de miel et au jour suivant. L’abeille a également en commun avec l’homme – en tout cas depuis Sapiens - d’avoir colonisé l’ensemble de la planète. La technique de l’essaimage, utilisée par les grands groupes technologiques, permet aux abeilles de développer leur espace vital grâce à la reine qui quitte la ruche pour essaimer aux alentours et étendre le territoire de sa communauté.

Les abeilles existent depuis soixante millions d’années et doivent leur survie et cette longévité exceptionnelle à leur capacité d’adaptation. Les deux piliers de la société des abeilles sont la direction des individus et la distribution des activités. Une bonne gouvernance d’entreprise et des objectifs clairs pour les collaborateurs permettent à l’entreprise d’être performante, en étant capable de se remettre en question et de traverser les crises. Comme le mouvement perpétuel des abeilles.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."