Jacques Lemoisson Lastone

HEAD GLOBAL MACRO & ALTERNATIVE INVESTMENT CHEZ CBH BANK

Jacques Lemoisson a pris ses fonctions au sein de la Compagnie Bancaire Helvétique depuis septembre 2018. Il a acquis une expérience internationale sur les marchés des actions auprès de la banque d’investissement JP Morgan à Londres et Paris, puis une expertise dans la banque privée et la gestion d’actifs chez Lombard Odier, puis chez Banque Cramer au poste de CIO à Genève. Tout au long de sa carrière, Jacques Lemoisson a développé une expertise en géopolitique, ainsi que dans les Fintech et le Blockchain. Ce banquier est diplômé de l’ESTACA (Ecole d’Ingénieur Aéronautique).

Draghi au pied du mur

Depuis quelques mois, les marchés obligataires et actions européens sont attirés, tels des insectes vers la lumière, par l'imminence du QE (Quantitative Easing) de la BCE. Ils n’ont pas entendu les craintes d’un troisième plan d’aide à la Grèce de 50MdsEUR (démenti pour le moment), ni l’appel d’urgence lancé par le responsable des négociations avec la Grèce, Jeroen Dijsselbloem, pour le lancement rapide des promesses de réformes de Tsipras. Ils intègrent encore moins la probable escalade des sanctions envers la Russie.

Car jeudi, les marchés vont, après plus de deux années d'attente, avoir sous leurs yeux les détails de ce fameux QE. Or, sans paraphraser Schäuble, l'Europe a souvent failli dans l'implémentation des grands projets. Ceci explique la récente prudence des marchés.

Si la conjoncture européenne semble s'améliorer après la publication des derniers PMI européens, l'Italie a traversé sa troisième année de récession, les tensions entre l'Espagne et la Grèce sont montées d'un cran le week-end dernier et l'Europe demande à la France de réels efforts budgétaires en contrepartie de deux années supplémentaires pour atteindre son objectif de dette sur PIB.

Bref, Maestro Draghi est très attendu. Déjà des voix s'élèvent pour annoncer que c'est trop tard, que l'efficacité est douteuse (il est intéressant d'apprendre que la Banque Centrale du Japon pourrait lancer un troisième QE...) et surtout que le gisement disponible de nouvelles obligations étatiques ne pourra pas garantir les 60MdsEUR d'achats mensuels annoncés par la BCE.

Le dernier point est intéressant car si l'on prend le cas de l'Allemagne, la différence entre les émissions du cru 2015 et les tombées oscillera entre 10 et 20MdsEUR seulement. Par conséquent, les taux à 10 ans italien et espagnol passés sous les 1.5% n'ont rien d'étonnant, alors que le 10 ans américain offre plus de 2% de rendement. A croire que le QE de la BCE pourrait financer la dette américaine, tant l'écart de rendement est important avec un portage positif sur la devise américaine.

Il faut garder à l'esprit que l'Europe a acheté du temps avec la Grèce, et les mois de mai et de juin seront cruciaux. En effet, nous aurons déjà quelques mois d'achats obligataires par la BCE et les marchés verront si les 60MdsEUR sont achetés mensuellement, et facilement. A ceci s’ajouteront de nouvelles négociations autour de la Grèce avec des craintes d'un GREXIT, ou pire (politiquement pour l'Europe) d'un financement par la Russie du pays. Enfin, malgré les discours de Yellen, certains investisseurs ne pourront pas s'empêcher d'anticiper une hausse des taux en juin de la FED.

Donc Draghi, demain et/ou en juin, sera au pied du mur tant il a « bordé » les politiques européens par ses discours depuis le début de son mandat.

Attention aux points techniques sur l'Euro Stoxx 50. Les 3585pts ont été franchis à la baisse mardi, ce qui n'est pas un bon présage. Les flux étaient clairement en faveur des actifs européens depuis quelques semaines, mais tout grain de sable dans la mise en place du QE européen pourrait gripper la machine.

Si l'adage "Pas vendu, Pas perdu" est connu, "Pas vendu, Pas gagné" fonctionne très bien également...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."