Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

Dodge Challenger SRT-8 6.4L Hemi V8 - Chaud devant!

En matière d’automobile, le goût des uns ne correspond pas toujours - et parfois vraiment pas! - au goût des autres. A l’instar des Américaines notamment, que certains adulent, laissant les autres (au mieux) de marbre. Et c’est tant mieux! Quoi de plus déprimant en effet que l’uniformisation, poussant la grande majorité d’entre nous à rouler dans le même monospace anthracite (ou le break germanique TDI) que son voisin?

Aux USA, on est friand d’exotisme, et ceci depuis belle lurette. Les muscle cars des années 60-70 en sont l’exemple parfait. Pensez aux Mustang (Ford), Camaro (Chevrolet), Barracuda (Plymouth) et autres Challenger (Dodge). Rien que leur nom évoque un bestiaire musclé et renvoie à une époque de liberté débridée. C’est précisément ce rêve - aujourd’hui bien bridé - que certains constructeurs américains - comme d’autres avant eux - ont tenté de ressusciter en revisitant leurs icônes. La Dodge du jour en fait partie.

Qu’on aime ou qu’on déteste l’image qu’elle donne, peu importe. La Challenger ne laisse personne indifférent, et ce n’est pas la moindre de ses qualités. Physique athlétique, couleur peu discrète (euphémisme), sonorité généreuse (un grognement rauque au ralenti déjà), passer inaperçu n’est pas sa vocation. Tourner la clé de contact fait tourner la tête des derniers distraits qui ne l’avaient pas aperçue.

La mécanique semble venir d’un autre monde (ou presque) et faire un pied de nez à tous les Grenelles de l'environnement. Imaginez: un V8 de 6,4l, fort de 483 ch et doté d’un couple camionesque - bien digéré par la boîte auto - catapultant la bête (plus de deux tonnes à vide) quelles que soient les circonstances... Chaud devant! Le freinage se montre puissant et endurant - merci aux étriers Brembo! - mais la monte pneumatique (20 pouces) souffre, tant le poids conséquent et l’énorme réserve de puissance se conjuguent pour lui rendre la vie difficile.

Alors les grincheux évoqueront un comportement américain - davantage pensé pour les grands espaces que pour les petites routes sinueuses -, une boîte automatique peu sportive ou encore un intérieur loin des canons (esthétiques et qualitatifs) européens. Certes. Mais très objectivement, quel véhicule distille à ce tarif (moins de CHF 60’000.-) autant de déraison et de plaisir?

Le seul véritable regret? Ne pas entendre encore davantage respirer la mécanique. Mais gageons que les amateurs d’envolées lyriques alla grande sauront trouver les solutions mécaniques - elles existent! - pour y remédier.

Voiture mise gracieusement à disposition par www.classicamotors.com

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."