Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

DESSIN/Coup d'audace! Vevey présente Fred Deux au Jenisch

Et de Deux! Peu après sa réouverture après travaux en juin 2012, le Musée Jenisch de Vevey proposait Cécile Reims. La graveuse française avait consenti un don important à l'institution vaudoise, qui concentre désormais ses activités sur le papier. L'exposition montrait donc son œuvre, avant tout fait de transcriptions. Cécile Reims reste notamment l'interprète surdouée du surréaliste Hans Bellmer, ce qui lui a valu non sans mal un statut de coauteure. 

Aujourd'hui octogénaire, l'artiste est depuis 1951 la compagne de Fred Deux, dont elle a adapté au burin de nombreux dessins. Le couple vit retiré depuis 1985 à La Châtre, un lieu que je resterais bien en mal de situer sur une carte géographique (1). Autant dire qu'il se niche dans la France profonde, bien loin des galeries parisiennes et des foires d'art internationales. Ce sont des créateurs pour «happy few». Il subsiste en effet quelques amateurs éclairés, en un temps où l'art se doit d'être «fun», «trash» et «flashy». Notons cependant que le public a pu voir Fred Deux à Beaubourg. L'homme a donné nombre ses pièces au musée abrité, dans deux de ses étages, par cette grande machine pompidolienne.

Un autodidacte influencé par Klee 

Deux est né à Boulogne-Billancourt en 1924. Côté populaire, bien loin des petits hôtels particuliers. Ce fils d'ouvriers n'a jamais fait d'études artistiques. Juste après la guerre, accomplie dans le maquis, il se retrouve à travailler dans une librairie de Marseille. C'est là que l'éclair l'a foudroyé. Un jour de 1948, par hasard, cet homme de 24 ans regarde le petit catalogue de l'exposition que le Museum of Modern Art avait consacré à Paul Klee en 1941, peu après la mort de l'artiste alémanique. C'est la révélation d'un monde et de la manière d'y entrer. Deux va dessiner, sans pour autant imiter. 

Revenu à Paris en 1951, le débutant fréquente les surréalistes de la seconde génération gravitant autour d'André Breton. Une déception. Sa voie sera personnelle. Elle fait au départ agir le hasard. Deux commence par faire couler des taches incontrôlées. Puis l'homme se met à utiliser le seul crayon, d'une manière toujours plus complexe et subtile. Il en sortira des feuilles abstraites, à moins d'y voir des motifs biomorphiques ou végétaux.

Livres uniques

Passant à la création totale, Deux se lance ensuite dans le livre unique. Comprenez par là qu'il en conçoit le texte, écrit à la main, comme les illustrations. L'ouvrage ne se verra pas édité, sauf exceptions. Dédiés à Cécile, ces équivalents des manuscrits du Moyen Age n'en finissent pas moins parfois dans une institution, musée ou bibliothèque. Vevey possède ainsi «Rituel» et «Kaddish» de 1980. Plus d'autres pièces. Grâce à des dons de 2012 et 2014, le Jenisch détient en effet 62 pièces de ce créateur rare, longtemps classé abusivement parmi les artistes bruts. Soixante-deux sur les quelque 5000 sorties de sa main. 

Il est clair qu'en choisissant de consacrer toute une exposition à Fred Deux, même si elle occupe la moitié seulement des salles temporaires, Julie Enckell Julliard, directrice du Jenisch, ne va pas vers la facilité. Le nom ne possède rien de médiatique. Le visiteur potentiel n'a aucune image en tête. Il ne peut se raccrocher à aucune figuration. En un temps de jeunisme, où tout plasticien se doit d'être «émergent», il s'agit en prime d'un nonagénaire admiré par des intellectuels!

Un nouveau "Cahier dessiné"

Le public pourrait pourtant facilement se plonger dans un univers aux formes bourgeonnantes soutenues par un fin réseau de traits et de petits carrés. Les pièces proposées n'ont pas besoin de se voir explicitées. Décortiquées. Ceux qui voudraient en savoir davantage peuvent cependant se référer à un nouveau «Cahier dessiné», sorti pour l'occasion. De courts textes de Julie Enckell Julliard, de la commissaire Laurence Schmidlin ou de Rainer Michael Mason (ex-conservateur du Cabinet des estampes à Genève) guideront leur approche. 

Reste à dire que le Musée Jenisch est devenu depuis sa réfection un lieu froid, aux salles très hautes et aux douloureux éclairages au néon. Les œuvres finissent par y prendre un aspect de produits surgelés. Il faut faire avec, comme il fallait récemment faire avec pour Albert Dürer. Cet été, le musée veveysan proposera les dessins de Hodler récemment reçus (enfin, une partie, puisqu'il y en a passé 600!). Cet automne enfin, nouveau retour aux classiques de la gravure. Après Robert Nanteuil et Albert Dürer, ce sera le tour de Charles Mellin. 

(1) C'est dans le Berry.

Pratique

«Fred Deux, Le for intérieur», Musée Jenisch, 2, avenue de la Gare, Vevey, jusqu'au 25 mai. Tél. 021 925 35 20, site wwwmuseejenisch.ch Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h, le jeudi jusqu'à 20h. Cahier dessiné, 225 pages. Photo (Musée Jenisch): L'une des oeuvres biomorphiques de Fred Deux.

Prochaine chronique le samedi 7 mars. Après avoir rencontré Jean Bonna, voici ce que je pense de l'exposition de sa collection de dessins anciens à l'Hermitage de Lausanne.

 

 

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."