Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Densification de Genève: on peut faire mieux

La votation du 9 février dernier sur la densification du canton de Genève a permis d’espérer. Mais il est possible de faire encore beaucoup mieux.

En effet, il y a d’abord les procédures administratives qui pourraient être optimisées. Si chaque service de l’Etat acceptait les règles administratives fondamentales, cela économiserait du temps et de l’argent. En effet, au gré du vent et des dossiers, chaque service édicte de nouvelles directives qu’il refuse le plus généralement de communiquer à l’administré. Ou alors, sans consulter vraiment le dossier, il demande des compléments, qui se trouvent déjà dans le dossier.

Mais finalement, de nombreuses instances pensent avoir la connaissance absolue. Il y a d’abord les commissions, puis les diverses associations comme celles à l’origine du vote de la semaine dernière.

Parce que la roue a déjà été inventée ailleurs, je me suis intéressé à ce qui se fait aussi bien à l’Est en Asie qu’à l’Ouest aux USA.

La règle y est simple. Il y a un périmètre de construction défini pour chaque parcelle, un gabarit maximal, un nombre de logements possible et… c’est tout ! Le reste est naturellement réglé par les services de la sécurité, de l’énergie et de l’eau. A l’exception des centres historiques sensibles où l’intervention est supervisée par la municipalité et le service des monuments et des sites.

Pourquoi ne pouvons-nous pas faire aussi bien ? Est-ce la pléthore d’auditeurs, de contrôleurs et employés de l’Etat en tout genre qui nous bloque ? Le législatif a-t-il besoin de rajouter toujours une couche supplémentaire dans une loi, sans se soucier des autres? C’est ce qui s’est passé à Genève lorsque le législateur a intelligemment voulu densifier la zone villa, mais ne s’est pas préoccupé de la cohérence avec les autres articles qui, eux, n’ont pas été adaptés.

En fin de compte, qui paie ? L’utilisateur final, soit le futur propriétaire ou le futur locataire. Le remède de l’Etat ? Construire moins cher, alors que c’est le système même qui est à l’origine du coût.

Mais il serait plus judicieux de se poser la question suivante: ne faut-il pas dynamiser le processus complet et les lois qui l’asphyxient ? A la clé, des économies pour les locataires et les propriétaires.

On peut faire mieux !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."