Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Demain, l'immobilier connecté

Les objets connectés ont commencé à faire partie de notre quotidien. Ils nous assistent de plus en plus. Savoir si cela transforme notre société dans un monde de zombies aux yeux rivés sur le portable où l’esprit critique a disparu n’est pas le sujet ici. Quel est l’enjeu pour l’immobilier demain? 

S’il est possible de se défaire régulièrement d’un téléphone mobile devenu obsolète, il n’est pas possible d’en faire autant avec un immeuble. Pourtant, on construit toujours de grands parkings. A l’inverse, plus de 30% des ménages à Genève sont sans voitures... qui deviendront prochainement autonomes. Une fois la taille choisie, il sera possible de l’appeler avec une application. Pourquoi alors posséder un automobile, à moins de les collectionner? Que ferons-nous de nos grands parkings, les autovoitures étant parquées un peu partout et dans un centre ?

Notre bracelet connecté nous informe que notre sommeil a été mauvais, bien que notre corps le dit déjà dès le réveil. L’enjeu est ailleurs. A terme, il sera permis de surveiller à distance les personnes qui en ont besoin, comme nos aînés ou des personnes à risque. Cependant, nous construisons toujours des centres pour personnes âgées autonomes. Qu’en ferons-nous lorsqu’elle pourront rester à domicile? Malheureusement, nos logements sont construits selon des règles étatiques qui datent de la Guerre froide. L’Etat a même édicté des normes pour que les pièces (cuisine comprise) ne mesurent pas plus de 20m2 par unité.

Comment loger des gens qui sont autonomes mais qui nécessitent plus d’espace pour se déplacer ?

A une échelle plus large, le climat change et la terre devient toujours plus sèche, manquant d’eau. Que faisons-nous? On envoie directement dans les rivières les eaux qui tombent du ciel. Dans la même logique, en fonction du taux de saturation en eau des sols, un assistant pourrait décider de laisser fuir l’eau de pluie dans la terre ou dans les rivières. Nous connaissons tous cet assistant qui nous dit quand arroser nos plantes d’intérieur.

Cela crée aussi de nouvelles opportunités pour la création d’entreprises. Dans le développement d’applications dédiées à l’accompagnement quotidien, les entreprises ont besoin de peu d’espace de travail et ne sont pas nécessairement avides de ressources financières. Si c’est le cas le financement participatif peut aider. Finalement, elles peuvent aussi fournir de services à domicile, en fonction des demandes des assistants.

Réfléchir et prévoir le futur est générateur d’emplois. Pensons-y !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."