Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

De te fabula narratur*

Une cinquantaine de chroniques sur 1 année, soit environ une par semaine, si l’on exclut les vacances compensées par quelques éditions spéciales, voici le bilan de ma présence sur Bilan. Dit comme ça, ça n’a l’air de pas grand-chose… mais en matière de blogs comme de sport, c’est sur la durée que l’on fait la différence.

Ainsi, on reconnaît le débutant au fait qu’il se décide à ouvrir un blog avec 3 idées d’articles et de les poster avec deux jours d’écart, histoire de marquer les esprits. Sauf qu’au bout du dixième jour (je suis optimiste), il réalise que les idées se font aussi rares que la neige cet hiver et qu’écrire, c’est une discipline. Et ainsi, un blog s’éteint tandis qu’une conscience s’éveille.

D’ailleurs, on observe le même principe avec la multi-ouverture de profils sur les réseaux sociaux : lancée frénétiquement après une révélation de Saint-Twitter - apparue au cours d’une évangélisation de 3 heures données par un prêcheur 2.0 -dans un quelconque oratoire, elle fait long feu. Et là aussi, telles des tombes virtuelles, des dizaines de milliers de comptes sont oubliés, laissés pour morts, reflets à la fois de la méconnaissance et de la négligence de leurs propriétaires.

Ceci dit, cela n’est pas propre au digital. Dans la vraie vie, il y a des gens qui engrangent les cartes de fidélité sans jamais se rappeler de leur existence au moment d’un achat dans la boutique concernée, ou qui collectionnent les vignettes, points et autres rabais pour mieux les laisser croupir au fond d’un tiroir ou d’une boîte à gants…

Bien sûr, dans la vraie vie, vous êtes le seul à savoir que vous n’avez pas su profiter de vos « avantages client » à cause de votre mémoire défaillante. Alors qu’en ligne, on vous voit. On sait que vous avez commencé quelque chose sans le finir, que vous avez peut-être surestimé vos forces ou votre inspiration ou simplement sous-estimé l’implication de votre engagement 2.0.

En ligne, même si personne ne vous lit mais d’autant plus si ce n’est pas le cas, on ne s’improvise pas dans la création de contenus. Il ne vous viendrait pas à l’idée d’enfiler vos baskets un beau matin pour aller courir le Marathon des Sables, alors que votre dernier effort physique remonte au cours de gym du secondaire, non ? Il n’est ici même pas question de la qualité (cela pourrait donner lieu à une nouvelle chronique), mais bien de considérer le blogging comme une discipline à part entière, avec ses exigences, ses récompenses, ses efforts à fournir, et la constance que seule une détermination bien réelle peut garantir, bien loin du personal branding et ses miroirs aux alouettes…

Car le retour sur investissement, pour le blogueur de fond, ne provient pas des taux d’audience de ses billets : il réside tout simplement dans l’assouvissement de sa passion pour l’écriture et ce qu’elle lui rend d’inspiration continue. Eh oui ! Si les taux d’audience peuvent varier (car les lecteurs sont souvent capricieux et volages), la passion, elle, demeure, et vous offre un voyage bien plus jubilatoire que tous les Google Analytics existants et à venir...

 

*C'est de toi que parle ce récit.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."