Fioruccidavid

FONDATEUR DE LP3

David Fiorucci a occupé des postes de cadres supérieurs et de direction dans l’industrie, les entreprises de service, le service public et le domaine des finances. Il a plus de 25 ans d’expérience de conduite avec des teams de 5 à 50 personnes, ceci autant au sein de PME que de grandes entreprises nationales ou internationales. A l’aise avec une grande diversité culturelle, il a accompagné des mandats/projets/workshops dans différents pays : Suisse (trois régions linguistiques), France, Allemagne (Nord et Sud), Autriche. Ses axes sont la Transformation, le Leadership, le développement d’organisation, le développement du personnel, le développement durable, la gestion stratégique, l’animation et la formation. Au sein de Swiss Life Suisse, David Fiorucci a été, de janvier 2012 à juin 2016, membre de la direction, au siège de Zürich, responsable Learning & Development et a accompagné la Transformation. David Fiorucci est membre du conseil consultatif (Beirat) de l’association Suisse de formation pour les cadres (ASFC). Il a divers mandats d’enseignement au niveau supérieur (Diplôme fédéral RH, EMBA International Management and Leadership).

Redonner son sens au travail comme réponse aux défis actuels : New Work and co.

Il y a une quelques jours, en regardant la vidéo d’une conférence du neurobiologiste Gerald Hüther, j’ai eu la réponse que j’attendais depuis longtemps. En effet, il s’est référé aux résultats que des scientifiques et experts en intelligence artificielle ont présentés lors d’un congrès à Houston (Texas, USA). Ils ont remarqué qu’ils "n’avancent" plus et qu’avec leurs développements, ils atteignent des limites. Ils appellent ceci un "effet plafond". Les développements et progrès exponentiels qu’ils ont vécus jusqu’à présent plafonnent tout d’un coup. La raison est simple. Les machines, autant intelligentes soient-elles n’ont pas de besoins.

New Work

Crédits: David Fiorucci

Selon le professeur Hüther et selon les enseignements de la neuroscience, sans besoin, pas de possibilité d’avoir une représentation de ces besoins, ni de ce que cela implique. Ainsi la prise de décision, l’intentionnalité ou la créativité ne sont pas possible comme nous, êtres humains, pouvons le faire. Ceci confirme, s’il le fallait que notre cerveau est fantastique d’un côté et d’un autre, nous, êtres humains, restons importants et centraux malgré toutes les transformations qui accompagnent notre quotidien. Selon Gerald Hüther, pour assurer notre survie dans ce monde nouveau, en pleine transformation digitale, nous sommes ceux qui devons faire face à la plus grande transformation que des êtres vivants ont vécue : trouver un nouveau principe d’ordre, de structure.

Si l’on se base sur notre cerveau, le principe de base est simple, c’est un principe de cohérence (voir l’un de mes premiers articles LP3, sur la notion d’impact). 


Structuré en réseau, notre cerveau essaie toujours d’utiliser le moins d’énergie possible (économie d’énergie, efficience), ce qui apporte une certaine stabilité. Chaque fois que cette cohérence est atteinte, des hormones du plaisir sont libérées, ce qui est comme un engrais pour nous et notre développement. Ainsi de nouvelles connections plus efficaces sont créées dans notre cerveau et d’autres moins efficaces sont arrêtées.

Notre cerveau se développe en continu et ceci même si nous vieillissons. Il est désormais prouvé que nous pouvons tout au long de notre vie, apprendre et nous développer. A ce titre, vous pouvez lire l’article « Le manager agile » et qui prend l’exemple de cette dame âgée qui, à plus de 80 ans, fait de la dance acrobatique et un grand écart en fin d’exhibition.

>> À lire aussi:Le manager « agile »


Le dernier élément qu’il met en avant est le fait que nous ne sommes pas faits pour la vie solitaire, nous sommes des êtres de société. Les principes de "famille", "tribu", "équipe" ou "réseau social" sont essentiels à notre développement. C’est dans l’interaction que nous nous développons.
Malheureusement, notre société actuelle, avec ses principes, ses excès, l’utilisation exponentielle non maîtrisée des nouveaux médias, les expériences souvent négatives que jeunes et plus âgés font et ceci lié à des approches de formation et de développement du personnel dépassés, engendrent une posture interne, individuelle souvent négative :
«… aucune envie de faire ça… ! »
« … je m’en fout… !»,
« …c’est nul… !».

Ceci contribue à une perte de l’envie de travailler, d’apprendre, à une perte de sens, à quelque chose qui s’approche d’un « suicide » social, personnel, humain.

Nous devons redonner ses lettres de noblesse aux notions de travail et d’apprentissage. Combinées, ces deux notions apportent du plaisir et une envie profonde de découvrir, de réaliser, de construire et d’entreprendre.

Soyons source d’inspiration (Leader) pour nos collaborateurs, collaboratrices, collègues et amis. Créons un cadre dans lequel ce plaisir puisse se développer et prendre forme. Permettons et stimulons des expériences positives. Redonnons du courage aux personnes

Il est important que les personnes soient à nouveau touchées émotionnellement de façon positive.

C’est ce que nous faisons, tous les formateurs LP3 et moi-même, depuis nos débuts. C’est notre cœur, notre passion, notre vocation. Ainsi les trois valeurs de LP3 SA sont :

émouvant – simple – puissant

Pour arriver à développer cette nouvelle posture, il est nécessaire d’accompagner les personnes et de leur permettre des rencontres, des échanges. Ainsi la majeure partie du développement se fera en présentiel, avec d’autres personnes. L’échange, l’interaction, le dialogue vis-à-vis, proche sont les clés d’un tel travail sur la posture, d’un tel développement.

Bien évidemment que des médias sociaux ou des éléments digitaux vont pouvoir aider, bien évidemment qu’une grande partie du travail se fait aussi en auto-réflexion, seul, avec soi-même, mais la partie clé restera l’échange, la confrontation, la mise en situation, le transfert au quotidien avec ses collègues, son équipe, ses amis, sa famille.

Depuis quelques années, le terme de New Work, a fait son apparition. Le professeur, philosophe social Frithjof Bergmann l’a développé au niveau philosophique et à défini des chemins pour arriver à ce nouvel équilibre, à ce nouveau « plaisir ». Il ne s’agit pas simplement de nouvelles formes de travail ou de nouveaux lieux de travail, mais bien plus d’une nouvelle posture à développer. Redonner un sens au travail.

Depuis, le début, il pose sans cesse la même question :

« Que veux-tu vraiment, vraiment ? ».

Il utilise volontairement deux fois le mot « vraiment » pour accentuer cette dimension. Cette question doit nous accompagner tout au long de notre vie. Nous devons ainsi nous découvrir et découvrir ce qui nous donne la force intérieure, cette flamme qui est un moteur du développement et du succès.

En parlant de succès ou de performance. Vous êtes-vous déjà posé cette question : « Qu’est-ce que le succès pour moi et qu’est-ce que la performance ? » Dois-je toujours vouloir plus ?

Posez-vous cette question, discutez, échangez avec vos collègues, votre chef, vos collaborateurs, vos amis, votre famille. Elle ouvre les portes d’un dialogue riche et plein de découvertes.

Comme le dit le philosophe Richard David Precht, parmi les métiers du futur, il y aura des « professions empathiques » car les échanges, les rencontres, les êtres humains resteront importants.

Pour développer cette nouvelle posture, trouver ce que nous voulons vraiment, vraiment, nous avons besoin de personnes qui nous accompagnent, de réseau, d’amis, d’autres personnes et ainsi créer une société dans laquelle nous avons notre place et où l’on écoute, est écouté et où l’on se sourit.

LP3 SA, Leadership pour une économie durable

Bienvenue dans ce nouveau monde, celui que nous construisons ensemble, pour vous, pour nos enfants et pour nous.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."