Langlo Jan

DIRECTEUR DE L'ASSOCIATION DE BANQUES PRIVÉES SUISSES

Jan Langlo est titulaire d’un brevet d’avocat au barreau de Genève et d’un diplôme d’expert fiscal. Il a débuté sa carrière de fiscaliste auprès de Lenz & Staehelin, puis au sein de l’étude Oberson & Associés avant de rejoindre le Groupe Pictet en 2007 en tant que conseiller juridique et fiscal. Au bénéfice d’une grande expérience dans le domaine fiscal, Jan Langlo a rejoint l’Association de Banques Privées Suisses en janvier 2014 en qualité de Directeur adjoint. Depuis le 1er juillet 2015, il occupe le poste de directeur de l’ABPS, où il oeuvre à la défense politique des intérêts des banques actives dans le domaine de la gestion de fortune. Il exerce en parallèle le mandat de Secrétaire général de l’Association des Banquiers Privés Suisses. Jan Langlo siège au sein de diverses commissions et groupes de travail de l’Association suisse des banquiers.

Dans les petits papiers du Panama

Un immense projecteur vient d’être braqué sur le Panama. Et pas seulement sur ce pays, mais sur tous ceux, souvent petits et entourés d’eau, qui accueillent des milliers de structures juridiques dites « offshore ». Beaucoup d’encre a déjà coulé sur ce sujet, mais plusieurs points me semblent laissés de côté.

Un tsunami d’indignation a déferlé sur les propriétaires de ces structures en les présumant coupables. En revanche, personne ne s’émeut du vol de données qui a permis ces révélations. Ce sont presque 40 ans de travail qui ont été arrachés à leurs auteurs, la plus grande masse de données volée à ce jour. Soit ces données étaient mal protégées, soit les voleurs étaient très bien organisés. Ne devrait-on pas aussi les rechercher et les juger ?

L’« offshore » a toujours eu mauvaise presse, alors qu’il désigne simplement une localisation dans un autre pays. Les structures « offshore » aussi, alors que la plupart poursuivent des buts tout à fait légitimes de limitation de la responsabilité, de protection des actifs ou de planification successorale. Cela est d’autant plus vrai lorsque leur propriétaire réside dans un pays où il ne doit, de par la loi, pas payer d’impôt. Et si l’évasion fiscale a pu motiver la création de certaines structures, cet état de fait appartient désormais au passé ou aux inconscients, en tout cas en Suisse.

C’est l’un des autres aspects qui n’est pas assez relevé par les publications en quête de sensationnel : bien sûr qu’en 40 ans des dizaines de milliers de structures ont été créées, mais combien en reste-t-il qui sont actives aujourd’hui ? Lorsque l’on voit combien le nombre de mandats d’administrateur de certains avocats a fondu, il faut en déduire que le nombre des structures a suivi la même pente.

Les journaux parlent aussi beaucoup des banques suisses. Leur présence dans les « Panama papers » est le reflet de la part de marché de la Suisse dans le domaine de la gestion de fortune. Et encore, les métriques publiés révèlent que trois fois plus de structures ont été commandées au Royaume-Uni et à Hong Kong – alors que leur part de marché n’est pas le triple de la Suisse.

Enfin, tout article sur le sujet devrait conclure en rappelant que l’échange automatique de renseignements, déjà en vigueur (en principe !) dans 55 pays et qui débutera dans 41 autres l’année prochaine, rendra toutes ces structures transparentes. Si ce n’est pas une banque qui annonce le compte qu’elle détient, c’est la structure elle-même qui devra l’annoncer. Ces communications sont certes réservées aux autorités fiscales, mais on peut imaginer qu’un criminel non plus n’a pas envie de révéler le produit de ses activités. C’est pourquoi l’abus de structure n’existera bientôt plus, à condition que tous les centres financiers jouent le jeu et appliquent correctement l’échange automatique. Et pas seulement le Panama, les BVI ou les Bahamas, mais aussi les Etats-Unis.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."