Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

D'où vient le drapeau gay qui déferle sur les réseaux

En  1970 Gilbert Baker du Kansas, âgé de 27 ans, s’installe à San Francisco. Graphiste et militant politique, il commence à travailler sur un drapeau. Il teint les tissus lui-même et avec l'aide de bénévoles, ils cousent ensemble huit bandes aux couleurs symboliques dans une immense banderole: rose pour la sexualité, rouge pour la vie, orange pour la guérison, jaune pour le soleil, vert pour la nature, bleu turquoise pour l'art, indigo pour l'harmonie, violet pour l'esprit.

La légende voudrait, selon le magazine Slate que Judy Garland, une énorme star au sein de la communauté gay, ait contribué à la résonance de l’arc-en-ciel auprès des militants, par sa chanson emblématique «Somewhere over the rainbow», tirée de la comédie musicale Le Magicien d'Oz.

Brandi par les manifestants pour la première fois en 1978 pour protester contre l’assassinat du conseiller municipal gay Harvey Milk, le drapeau arc-en-ciel sera dès lors adopté à l’unanimité comme le symbole du mouvement gay.  

Pour des raisons de production, les 8 couleurs passeront à 6, et sa popularité se répandra dans le monde entier. En 1979, il sera même reconnu par le Regroupement international des fabricants de drapeaux.

Dans les heures qui ont suivi la décision historique de la Cour Suprême de légaliser le mariage homosexuel dans l’ensemble des Etats-Unis, vendredi 26 juin 2015, les couleurs du drapeaux LGBT ont illuminé des monuments à travers les Etats-Unis: La Maison Blanche, la pointe du World Trade Center, les mairies de San Francisco, Los Angeles, Chicago et New York, des sites historiques comme les Chutes du Niagara et même le château enchanté de Walt Disney. 

Sur les réseaux sociaux, s’est la folie.

La décision de la Cour Suprême a généré 6.2 million de tweets dans les premières 4 heures qui ont suivi l'annonce, à savoir 20’000 tweets par minute.  

Toute recherche dans Google qui comprend le mot gay, lesbienne, transgenre ou bisexuel, fait apparaître des petits personnages multicolores se tenant par la main.

Sur Twitter, le hashtag #LoveWins, fait apparaître un coeur aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Facebook permet de modifier la photo de son profil avec celebratepride.

Snapchat a rajouté un filtre multicolore.

Et les marques se joignent à la partie. Nike met en avant sa nouvelle collection «Be True», inspirée par la communauté LGBT.

Le fabricant de glaces Ben & Jerry renomme son parfum Chocolate Chip Cookie Dough , «I Dough, I Dough», en clin d’oeil au «oui je le veux» qui se prononce lors d’une cérémonie de mariage.

Récupération? Peut-être un peu, mais surtout l'expression d'une immense joie sincère, comme évoqué dans ce paragraphe émouvant du juge Anthony Kennedy de la Cour Suprême des Etats-Unis, en rendant son jugement:

«Aucune union n’est plus profonde que le mariage, car il incarne les plus hauts idéaux de l’amour; la fidélité, la dévotion, le sacrifice et la famille. En formant une union matrimoniale, deux personnes deviennent supérieures à ce qu’elles étaient auparavant. Le mariage incarne un amour qui peut perdurer après la mort. Ce serait ne pas comprendre ces hommes et ces femmes que de dire qu’ils manquent de respect à l’idée du mariage. Leur plaidoyer consiste à dire que justement, ils le respectent si profondément, qu’ils cherchent eux-mêmes à s’accomplir grâce à lui. Ils demandent une dignité égale aux yeux de la loi. La Consitution leur donne ce droit.» 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."