Laurent Bakhtiari

MARKET ANALYST

Laurent Bakhtiari est diplômé d’un Master en Finance d’Audencia Nantes et d’un Master en mathématiques quantitatives d’Imperial College London. Fort d’une expérience de plus de 10 ans en salle des marchés au sein de diverses institutions financières telles que Merrill Lynch, BNP Paribas et Credit Suisse, Laurent livre régulièrement, à destination des médias et des clients, des analyses de marchés ainsi que des analyses macro et microéconomiques.

D’où vient la hausse des prix du pétrole?

Entre juin 2014 et mars 2015, le Crude Oil a perdu près de 60% de sa valeur, ce qui nous rappelle la baisse brutale que l’on a connue en 2008 ou en 1985/1986. Mais depuis, il a regagné plus de 35%. Alors comment expliquer cette hausse, est-elle durable ou s’agit-il d’un rebond temporaire ?

Les causes du rebond

Les causes de ce rebond sont diverses et sont imputables à des facteurs très différents. Tout d’abord, la récente faiblesse de l’USD a affecté le pétrole. En effet, ce rebond est intervenu après une hausse de près de 8% de l’EURUSD. Le prix du baril étant libellé en USD, il existe ainsi une corrélation négative entre le pétrole et l’USD. Instinctivement, cela semble logique : plus le dollar se déprécie, plus les producteurs vont augmenter leurs prix pour conserver le même montant, en devise étrangère. Et cette corrélation est très forte car elle se situe environ à -40%, depuis quinze ans.

D’autre part, des facteurs géopolitiques temporaires ont également pesé sur le cours du pétrole. En effet, la période correspondait à de fortes tensions au Moyen-Orient : le conflit entre l’Arabie Saoudite et les Houthis du Yémen, celui au sein même de l’Irak et les révoltes en Libye (celles-ci ont même conduit à bloquer un pipeline et des ports). Tout ceci a clairement impacté le prix du baril et l’a poussé vers le haut.

Enfin, si l’on s’intéresse à la production de barils, on s’aperçoit que le déclencheur de cette période de hausse est la baisse de la production mondiale. En effet, au Q4 2014 on est passé de 95.19mb/j à 95.07mb/j au Q1 2015. Si l’on affine les chiffres, la production a graduellement baissé de décembre 2014 à février 2015. On a connu un léger rebond en mars mais depuis la production mondiale s’est remise à diminuer.

Il est important de noter ici l’exemple de la Libye, car on cite souvent ce pays comme étant le fautif de la baisse de l’offre de pétrole. Mais il faut rappeler que, bien que les événements cités ci-dessus ont impacté la production globale de la Libye, cette baisse a été compensée, en très grande partie, par l’Arabie Saoudite (les deux pays appartenant à l’OPEP, cartel produisant 40% de la production mondiale). Mais l’OPEP a gardé sa production plutôt stable depuis le Q3 2014. Si l’on veut vraiment trouver un « coupable », il faut aller chercher les causes ailleurs, notamment au Brésil ou aux Etats-Unis, où les stocks ne cessent de diminuer.

Alors la vraie question qui se pose maintenant est : est-ce que ce rebond va durer ou allons-nous retrouver la tendance baissière ?

L’avenir de l’or noir

Les raisons décrites plus haut ne sont, au final, que des chocs temporaires. La tendance de fond reste baissière, depuis juin 2014. Et l’on pense que cette baisse n’est pas terminée et, ce, pour une raison simple : les fondamentaux n’ont pas changé. En effet, comme décrit dans un article précédent, les causes de cette baisse sont profondes. Elles sont notamment dues à :

  • un excès d’offre par rapport à la demande (au Q1 2015, 95.07mb/j vs 93.12mb/j)
  • une évolution plus rapide de l’offre par rapport à la demande (entre le Q1 2014 et le Q1 2015, l’offre a augmenté de 2.74% mais la demande de 1.44% seulement...)
  • une meilleure utilisation des ressources (avec deux fois moins de plateformes, on produit autant de pétrole)
  • une démocratisation des consommations efficientes
  • l’émergence du pétrole de schiste qui s’ajoute à la production traditionnelle
  • etc…

Ainsi, nous restons d’avis que la tendance va se poursuivre et que l’on va atteindre les 30 USD d’ici la fin de l’année sur le Crude Oil.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."